Partito Democratico Italiano di Unità Monarchica

De SYLMpedia
Le drapeau du PDIUM
Le Partito Democratico Italiano di Unità Monarchica (PDIUM – Parti Démocratique Italien d’Unité Monarchiste) succède en 1961 au Partito Democratico Italiano (PDI – Parti Démocratique Italien) fondé deux an plus tôt par la fusion du Partito Nazionale Monarchico (PNM – Parti National Monarchiste) d’Alfredo Covelli et du Partito Monarchico Popolare (PMP) d’Achille Lauro afin de tenter d’enrayer l’effrittement électoral des monarchistes italiens.


L'impossible redressement

Pourtant, malgré l’unité retrouvée, rien n’y fait... Les élections locale sont un grave échec sauf à Naples ou avec près d’un tiers des suffrages, le sénateur Achille Lauro parvient à conserver la mairie...

Lors des élections générales de 1963, le Partito Democratico Italiano di Unità Monarchica ne recueille que 536.991 voix (1,75%) et 8 députés, et 429.339 voix au sénat (1,56%) et 2 sénateurs seulement...

Les élections de 1968 marquent un nouveau tassement avec 414.423 voix (1,3%) et 6 députés à la chambre, 308.916 voix (1,08%) et deux sièges au sénat...


La dissolution du PDIUM

Après les élections provinciales et locales de 1971 qui ont vu le PDIUM perdre la quasi totalité de ses conseillers locaux (même à Naples, le score n’est plus “que” de 9,2%...), le Conseil national du PDIUM décide de fusionner avec le MSI sous le nouvel intitulé de Movimento Sociale Italiano - Destra Nazionale (MSI-DN – Mouvement Sociel Italien-Droite Nationale).

Ce fut chose faite le 10 juillet 1972.

Près d’un quart du Conseil national du PDIUM refusa cependant cette fusion et constitua l’Alleanza Monarchica (AM – Alliance Monarchiste).


Bibliographie

  • François Duprat, Texte italiqueL'Ascension du MSI, Ed. Les Sept Couleurs, 1972.

Lien externe

  • [1] : Blog sur le PDIUM (It.)