Mouvement monarchiste austro-hongrois durant l'Entre- deux- guerres

De SYLMpedia
Blason de la double monarchie

A la mort du Roi Charles Ier De Habsbourg- Lorraine (1922), c’est son épouse Zita de Bourbon–Parme qui va assurer une régence de jure pour son fils Otto de Habsbourg- Lorraine devenu Empereur titulaire de l’Empire Austro-Hongrois défunt. Le Prince à 10 ans, l’Impératrice Zita ne portera plus que son habit noir de veuvage. Autour de la famille impériale, les divers mouvements monarchistes de l'Empire s'activent à préparer la restauration de l'Empire.

L’Empire à la veille de sa chute

Malgré un certain courant pangermaniste qui souhaite le rattachement de l’Empire au Reich allemand (et qui trouve un allié en la personne de Guillaume II de Hohenzollern), les autrichiens sont majoritairement pour l’indépendance de leur empire. Tout au plus remettent-ils en cause le pouvoir conservateur de François-Joseph Ier sur le trône depuis 1848 ( il s'appuie sur les facteurs de cohésion que sont la monarchie et sa bureaucratie, l’Église catholique, l’aristocratie et l’armée.).

Si la bureaucratie autrichienne et l'économie autrichienne sont entre les mains de fonctionnaires germanophones, la classe autrichienne ne voit dans la maîtrise de l’allemand qu’une appartenance à une classe dirigeante. D’un point de vue politique, l’Empire a adopté le principe du parlementarisme ( suffrage universel censitaire indirect en mai 1897 puis ne 1907, mise en place du suffrage universel pour tous les hommes âgés de plus de 24 ans, mais dans la partie autrichienne seulement). On y retrouve les Libéraux allemands versés dans la protection du capitalisme bourgeois et fort peu dans la protection sociale ( que des scandales de corruption rendront minoritaires) , le Parti social Chrétien (petit bourgeoisie, clergé catholique , paysans jouissant d’un prestige auprès de la noblesse autrichienne) et le parti Social-démocrate qui souhaitait la préservation de l’Empire mais également la protection de la classe ouvrière.

En 1906, l’avocat Aurel Popovici avait proposé la création des « Etats-Unis de la Grande Autriche (Vereinigte Staaten von Groß-Österreich ) pour lequel l’Archiduc François-Ferdinand semblait approuver sans réserves. Le projet qui aurait pu sauver l’Empire se heurta à l’opposition violente de la Hongrie qui vit un risque de perte de son influence au profit des Tchèques. Exclus de la monarchie danubienne, soit en raison de leur religion (autre que catholique), soit en raison de leurs langues et cultures (autres que allemande et hongroise) et à cause du compromis politique avec les Hongrois, les slaves de l’Empire (Tchèques, Slovaques, Polonais, Ukrainiens, Slovènes, Croates, Serbes) ou latins (Italiens, Roumains) se sentent lésés. La Première Guerre mondiale, déclenchée par l’ultimatum de l’Autriche-Hongrie au royaume de Serbie, sonnera le glas de cet empire dont la surface faisait 676 249 km2.

Le mouvement monarchiste austro-hongrois entre 1920 et 1939

Zita de Bourbon- Parme, Reine de Hongrie

Depuis le 1er mars 1920, la Hongrie a restauré sa monarchie et le Comte Miklos Horthy de Nagybanya (1868-1957) en a été nommé le Régent. De fait, à la mort de son père Otto de Habsbourg–Lorraine est aussi Roi apostolique de Hongrie (Otto II) dont Horthy à par deux fois refusé le trône à Charles Ier. Une situation ambiguë pour les monarchistes hongrois.

Le 20 novembre 1930, le Prince atteint sa majorité. A 18 ans et déjà auteur d’une thèse sur les coutumes et droits successoraux de la classe paysanne et l’indivision des propriétés rurales, il devient Othon (Otto) Ier d’Autriche et Othon II de Hongrie. Celui qui s’asseyait sur les genoux de François Joseph est conscient de sa stature politique. Il entame une tournée dans toute l’Europe afin de se faire connaître des gouvernements. La Suède l’accueillera semi-officiellement l’Espagne l’accueille comme un Empereur et entreprend de le présenter au Roi d’Angleterre qui renoncera sous la pression du Foreign Office. En janvier 1933, Otto de Habsbourg–Lorraine arrive à Berlin où il rend visite aux Hohenzollern. C’était quelques jours avant la nomination d’Adolf Hitler à la Chancellerie. Le leader du Parti National Socialiste ne cachait pas sa haine des Habsbourg qu'il rendait partiellement responsable de la défaite de 1918.

Le Régent, l'Amiral Miklos Horthy

Le mouvement monarchiste est très actif en Autriche et en Hongrie dont Maximilien de Hohenberg (1902-1962, fils de l'Archiduc François-Ferdinand) est le devoué représentant du prétendant . La capitale impériale est divisée entre milices marxistes, nazies et celles monarchistes (proche de l’Austro-fascisme) du Prince Ernest Rüdiger Starhemberg (1899-1956) qui regroupe plus de 30 000 membres sous les couleurs du mouvement Défense de la Patrie (Heimwehr) ou encore les Schwarz-Gelben Legitimisten. Les Nazis vont tenter un coup d’État en juillet 1934 et le Chancelier Dolfuss est assassiné. Son successeur est le Ministre de l’Intérieur Kurt Von Schuschnigg. Otto et Zita enverront une couronne de fleurs au nom de la Maison Impériale.

Le Chancelier Dollfuss

Théoricien de l’Austro-fascisme, le Chancelier Engelbert Dollfuss avait banni le mot République de la Constitution de 1934 et rétabli l’Aigle Impérial comme symbole de l’État. Mais Dollfuss n’était pas un monarchiste convaincu et faisait peu de cas du « jeune monsieur » comme il appelait Otto de Habsbourg- Lorraine. Cependant, Dollfuss avait fini par se convaincre de la nécessité de restaurer à court ou long terme la monarchie afin d’empêcher l’Allemagne de tenter d’annexer le pays. Le maire suppléant de Vienne, Ernest Karl Winter, ne cesse de pousser le Chancelier a accepté l'idée d'une restuaration. Dolfuss finit par accepter que soient réintroduit les uniformes impériaux au sein de l'armée autrichienne et rappelle à ses côtés l'Archiduc Eugène (1895- 1952), le plus jeune frère de l'Empereur Charles Ier , exilé en Suisse. Parallèlement il entame des pourparlers avec Maximilien de Hohenberg, leader du mouvement monarchiste, pour que soit lever la loi anti-Habsbourg de 1919. Il devenait nécessaire à Dollfuss de pouvoir faire barrage aux nazis. Pour cela, il avait fondé le Front Patriotique (Vaterländische Front) dont le Prince monarchiste Starhemberg prendra le leadership et à qui Von Schuschnigg confiera le poste de Ministre de la Sécurité d’État jusqu’en 1936.

Affiche de propagande du Front Patriotique

Les Austro-Fascistes conduits par le Prince Starhemberg proposeront même à l’Impératrice Zita un projet de séparation des pouvoirs (Otto de Habsbourg- Lorraine en Autriche et l’Archiduc Albert de Habsbourg-Lorraine en Hongrie). Zita refusera catégoriquement cette proposition et entrera en conflit avec l’Archiduc Albert (1888-1951) qui avait été également candidat au trône de Pologne durant la Première Guerre mondiale. Le 9 novembre 1930, l’Archiduc devra reconnaître l’autorité d’Otto de Habsbourg-Lorraine afin de pouvoir se marier morganatiquement.

Les cercles monarchistes sont présents dans toute la République. Le Colonel Gustav Wolff (1870-1963) avait fondé entre 1918 et 1920 le Mouvement Légitimiste Noir et Jaune (Schwarz-Gelbeb Legitimisten qui va devenir plus tard le Parti Populaire de la Fidélité Impériale –Kaisertreue Volkspartei) dont l’influence allait de la Styrie à la Carinthie et surtout au Tyrol. Considérant que l’Empereur n’avait pas abdiqué, le Colonel Gustav Wolff avait dès la chute de la monarchie, crée le « Comité pour l'ordre public». Le prince régnant Jean II de Liechtenstein (1840-1929) apportera son soutien au mouvement monarchiste. Au sein du mouvement légitimiste se regroupent également deux autres organisations. L'organisation politique dite «parti de monarchistes autrichiens »( Partei der österreichisten monarchisten /P.ö.M)., dirigée par le baron von der Wense et l’organisation « Fédération des Autrichiens (Reichsbund der Österreicher) » créée par le baron Schwartzenau et Albert shager von Ekarstau en 1921. Elle prendra son essor en 1931, des tracts appelant à la restauration de l’Empereur Otto circulaient à Vienne grâce aux légitimistes. Un journal, le "Der Österreicher", se chargera de diffuser les idées du mouvement légitimiste. A la mort de l’Empereur Charles Ier, bien que celui-ci n’a pas pris position en faveur de la restauration impériale, plusieurs cadres du Parti-Chrétien-social (PCS) assisteront à la messe organisée à Vienne en sa mémoire. D’ailleurs, le Parti Chrétien Social avait envisagé tout de même une grande confédération impériale catholique incluant la Bavière des Wittelsbach. Les monarchistes et le PCS négocient. En 1923, un accord est conclu avec les Chrétiens Sociaux pour les élections qui suivent ce qui selon le plan aurait permis aux monarchistes d’entrer au parlement. Mais le faible score obtenu par la droite Chrétienne sociale n’enverra qu’un seul député monarchiste sur les bancs du parlement sous le nom du P.ö.M. Il y aura plus de 30 000 monarchistes membres adhérents à la Fédération des Autrichiens. La Restauration en Autriche est proche d’être réalisée et ce avec l’aide du plus haut sommet de l’État comme cette lettre de dévotion que le Vice–Chancelier et Ministre de l’Intérieur (1929- 1930) Johann Schober écrivit à Zita et Otto. Mais c’est à Friedrich Von Wiesner, ancien diplomate, que l’on devra la réorganisation du mouvement légitimiste que le prétendant rencontrera la première fois en 1930.

Affiche du Kaisertreue Volkspartei

Il existe dans les années de l’entre –deux-guerres, divers mouvements monarchistes .Âgé de 16 ans seulement, Karl Piegel fonde le mouvement de la jeunesse autrichienne du Mouvement ottonia ( der osterreichische jugendbewegung ottonia ). 500 monarchistes vont compléter cette milice monarchiste qui sera très violente comme son alter égo Die Ostara. L’Union des autrichiens (Bund der österreicher) fondé le 18 août 1920 par Fritz Von Riedl fusionnera un an plus tard avec le mouvement de Von Wiener. En 1926, le Konservative Parte (ex PöM) fort de ses 55 000 membres décide de dissoudre.

En 1931, Von Wiesner fonde le Eiserner Ring (Cercle de fer) qui va regrouper un bon nombre d’organisations et partis monarchistes (dont la Fédération des Étudiants Catholiques Autrichiens/KÖL) et quelques politiques sociaux-démocrates qui appréciaient la neutralité dont faisait preuve les légitimistes. Le Duc Maximilien de Hohenberg, cousin d’Otto en sera le représentant officiel. En 1937, le mouvement monarchiste compte alors plus d’un million de membres pour une population de 6 millions d’Autrichiens. Kurt Von Schuschnigg était lui-même membre de l’Association des aristocrates catholiques, association affiliée à celle du Cercle de fer.

Entre septembre 1931 et 1938, plus de 1600 villes décerneront le titre de citoyen d’honneur au prétendant impérial. A l’assassinat de Dollfuss, Otto croit son heure venue et le 26 juillet 1934, par l’entremise de Maximilien de Hohenberg, propose de prendre le gouvernement en main au Chancelier Schuschnigg qui refusera 48 heures plus tard. Pour le nouveau Chancelier (également membre de l'Association monarchiste des aristocrates catholiques/ Vereinigung katholischer Edelleutein österreich), il n’est pas encore temps. Les négociations continuent néanmoins. L’Autriche se remet à l’heure impériale. Le 26 août 1934, la ville de Kopfstetten accueillera même le prétendant au son de l’hymne impérial. En Allemagne, la présence d’Otto de Habsbourg- Lorraine irrite au plus au point le chancelier Adolf Hitler qui dans sa propagande d’annexion de l’Autriche lance ce mot d’ordre à ses troupes : « Hitler ou Habsbourg ! » . En Autriche, le parti nazi local accuse le prétendant de vouloir montée sur le trône avec l'aides des " marxistes et des juifs" (1937 dans le journal Der SA-Mann). L'Ambassadeur en Autriche, Franz Von Papen proteste régulièrement les tenues de manifestations monarchistes à Vienne.

Schwarz- Gelbeb Legitimisten

Le 10 juillet 1935, la loi anti-Habsbourg est abolie. Une partie de la famille impériale rentre à Vienne dont Otto et ses frères (Zita préfère attendre la restauration de la monarchie par fidélité à l’Empereur Charles) et se voit restituer deux châteaux et 5 maisons de rapport à Vienne.Le mouvement monarchiste autrichien se réorganise, se fait espionner par la police qui multiplie les rapports a son encontre tout comme en Hongrie où les légitimistes Hongrois présents au parlement tente de restaurer la monarchie. La mouvement de l'Association de la Sainte couronne hongroise ( Magyar Szentkrona Szövetség) du prêtre Miklos Grieger propose un royalisme social avec pour solgan " Otto, Roi des pauvres" qui fait mouche dans la classe paysanne.

Le mouvement monarchiste austro-hongrois durant la Seconde Guerre mondiale

A l’étranger, on prend la chose au sérieux. La Tchécoslovaquie s’y oppose (Le Président Edouard Bénès déclarera : « Plutôt Hitler que les Habsbourg ! »), l’Italie y est favorable, la France ne le conseille pas (Pierre Laval, alors Chef du Gouvernement à Paris écrira au Chancelier autrichien pour qu’il renonce à ce projet), l’Allemagne n’y songe même pas et la Hongrie se méfie. Ce dernier pays est toujours un Royaume avec un Régent dont Otto est le souverain (Othon II). En septembre 1935, le prétendant au trône rencontre secrètement Schuschnigg à Mulhouse. Ce dernier qui appelle Otto, « Votre Majesté » lui demande de patienter devant l’hostilité affichée de l’Italie. Du moins c’est que le Chancelier affirme. Afin de vérifier les dires du Chancelier Otto de Habsbourg- Lorraine enverra des émissaires sonder le Duce qui confirmera être en faveur de la restauration de la monarchie danubienne.

La crise éthiopienne va faire basculer l’Italie dans le camp allemand. Mussolini retourne sa veste (il avait pourtant apporté son soutien à Maximilien de Hohenberg en 1936 ). Les rencontres avec le chancelier autrichien vont être glaciales entre le Prétendant et Schuschnigg (1936). La Wehrmacht commence en secret à élaborer le futur plan d’invasion de l’Autriche auquel elle donne le nom de Plan Otto. L’Allemagne s’inquiète de la montée du sentiment monarchiste en Autriche. La presse nazie attaque Zita, les nationalistes-Socialistes autrichiens affrontent les monarchistes dans Vienne en 1937. Otto ( qui a encore rencontré Schuschnigg en décembre 1937) fait alors organiser des contre manifestations dont une qui rassemblera plus de 100 000 personnes en janvier 1938. Les nazis allemands exercent une pression sur Schuschnigg qui se voit obliger de nommer l’un des leurs au ministère de l’Intérieur en février 1938.

Ernst Rüdiger von Starhemberg

Ce dernier force le Chancelier autrichien à renoncer à tout référendum qui aurait approuvé le retour à la monarchie. A Leipzig (Allemagne), une cour de justice condamne à mort le prétendant au trône et met sa tête à prix.

Otto prend conscience du danger, écrit au Chancelier pour qu’il lui remette les clefs du Palais. Schuschnigg lui oppose une fin de non recevoir le 2 mars. Il croit pouvoir encore tenir. Le 11, les Allemands pénètrent en Autriche ; c’est l’Anschluss ! Le Chancelier Autrichien est interné, le prétendant doit passer la frontière et rejoint la Belgique. L’heure n’est plus à la restauration mais au combat patriotique. Alors que des milliers de monarchistes sont arrêtés (4500 dont Maximilien et son frère Ernest de Hohenberg (ils furent emmenés au camp de Dachau, où il furent chargés de la corvée des latrines (humiliation voulue par les nazis), la réflexion d'Hermann Goering concernant cette humiliation fut qu'ils nettoyèrent « la merde de .la nouvelle Allemagne »), Frédéric Von Wiesner le 13 mars, le leader du mouvement catholique monarchiste le Baron Zessner Von Spitzenberg (1885-1938, mort en camp de concentration) ou encore le secrétaire du Prince, August Lovrek qui jeta de justesse une liste de 30 000 noms de monarchistes dans le Danube,), le Prétendant organise la résistance depuis son exil autrichien mais dissout le mouvement afin de protéger ses partisans pourchassés.

La Radio française ouvre son antenne aux monarchistes (Prince Starhemberg) qui se dotent également d’un organe de presse (qui prendra fin en 1940). En Autriche, les monarchistes ont les premiers résistants aux nazis. Les Corps–Francs Légitimistes, composés d’anciens soldats fidèles à la monarchie, seront le fer de lance de la résistance autrichienne (Starhemberg rejoindra les Forces Aériennes Britanniques avant de se réfugier de 1942 à 1955 en Argentine). Karl Polly, leader du Parti Ouvrier Autrichien lance le 29 janvier 1940 un programme de 21 points où il appelle à la création d’une monarchie confédérale danubienne sous le leadership du Prétendant. Mais le 22 avril, les Allemands ordonnent la dissolution de tous les mouvements monarchistes encore existants en Autriche et arrêtent tous ceux qui sont suspects de collusion avec les monarchistes (en mai 1943, 17 jeunes nazis qui appelaient à la restauration de l’Empire et membre du groupe Freischar Ostmark sont emprisonnés).

L’invasion de la France par les Allemands force de nouveau la famille impériale à s’échapper. Leur prochain exil et lieu de résistance, les États-Unis ! Roosevelt reçoit le Prétendant et lui ouvre également les ondes radiophoniques de son pays. Otto entre en contact avec les chefs du Mouvement légitimiste Hongrois (le Comte Antal Sigray et le Comte Albert Apponyi) et le Premier Ministre Teleki. Mais lorsque le Régent Horthy décide de laisser les troupes allemandes passer par son pays pour attaquer la Yougoslavie, la Hongrie vient de passer dans le camp adverse. De honte, Teleki se suicidera le 3 avril 1941.

En exil aux Etats Unis, Otto de Habsbourg-Lorraine crée un Conseil national autrichien incluant des monarchistes et des sociaux-démocrates. Il plaide pour la création d'une Fédération danubienne et la constitution d'une Légion autrichienne et commence a faire campagne pour que son pays ne soit pas dans le camp des vaincus à la défaite des nazis. Il rencontrera à diverses reprises le Président américain Franklin Roosevelt. En mai 1941, l'Austrian League (Lige autrichienne) installée à Londres et fortement influencée par les Habsbourgs publie un manifeste appelant pour la réunification de l'Autriche et du Tyrol du Sud avec pour souverain, Otto de Habsbourg- Lorraine. Ce dernier fournit des fonds au Mouvement des autrichiens libres (Freie Österreichische Bewegung, fondé le 3 décembre 1941) qui permet aux autrichiens de venir aux Etats Unis. Les monarchistes ( Organisation der Ständestaatler und Monarchisten) ne sont pas en reste. Ils font du lobby auprès du Premier ministre britannique.

Antal Sigray et les légitimistes Hongrois

La situation des monarchistes hongrois est quant à elle toujours aussi ambiguë. Faut-il se soulever contre le Régent, qui officiellement est le garant du pouvoir du Prétendant ou se rallier au régime (le 11 octobre 1937, le Parti Agrarien et les légitimistes s’étaient alliés pour former une coalition en vue de la restauration de la monarchie). Miklos Kallay (1887-1967), désigné Premier ministre le 9 mars 1942 prend contact avec Otto de Habsbourg- Lorraine. Les nazis qui entourent le Régent, goutent peu à cette action qui est en passe de faire basculer le pays dans le camp des Alliés avec qui la Hongrie commence à négocier. Winston Churchill, Premier Ministre Britannique, se montre favorable à la création d’une Confédération des États Danubiens sous l’autorité d’Otto de Habsbourg- Lorraine (projet qui sera étudié en 1945 lors de la Conférence de Postdam). Miklos Kallay évoquera même la démission du Régent le 23 novembre 1943 en faveur du prétendant au trône qui réclame un référendum en ce sens dès lors que le pays sera libéré.

Les Allemands envahissent en mars 1944 la Hongrie, Kallay doit démissionner, Sigray (1887-1967, leader du mouvement légitimiste de 1920 à 1939, député en 1939) est arrêté le 19 mars. Alors que le Régent se rend aux soviétiques en 1945 (qui s’emparent du pays), Otto tente de revenir en Autriche libérée mais soumis à l’occupation des Alliés.

État du mouvement monarchiste austro-hongrois à la Libération

Libéré Von Wiesner réorganise les mouvements monarchistes qui sont actifs dans le Tyrol et le Vorarlberg, la partie de l’Autriche sous juridiction française. Le Mouvement Populaire Monarchiste d'Autriche succède au Cercle de fer. Otto de Habsbourg-Lorraine, installé à Innsbruck depuis octobre 1945, veut organiser des élections mais les Russes y mettent leur véto et s’empressent de mettre au pouvoir Karl Renner, le 1er Président de la République Autrichienne en 1919 à l’origine de la loi anti-Habsbourg et qui avait appelé à voter oui au régime nazi. Une loi remise en vigueur immédiatement tandis que Karl Renner se fend d'une lettre de remerciement au dirigeant soviétique Joseph Staline pour la libération de l'Autriche. Le Mouvement monarchiste s'organise

Antal Sigray

Même en exil l'ancien Président tchécoslovaque Edouard Bénès y va de son laïus contre le prétendant. Le Conseil inter-alliés justifiera l’interdiction du mouvement monarchiste par le fait que celui-ci «  nuisait au processus démocratique de l’Autriche ». Otto de Habsbourg-Lorraine rentre nénamoins le 17 novembre 1945 par le Tyrol. La République autrichienne demande aux Français de ne pas l'arrêter tant qu'il ne fera pas "d'actions anti nationales". 3 jours plus tard, Karl Renner dénonce la présence du prétendant au trône tandis que le parti communiste autrichien accuse l'Archiduc de conduire une tentative de coup d'état et ce jusque dans le journal "la Pravda "de Moscou .

Les Princes d’Autriche sont expulsés dès janvier 1946, Friedrich Von Wiesner et le Général monarchiste Kirsch seront de nouveau arrêtés par la police autrichienne, le mouvement monarchiste interdit de politique.

En 1948, le Comte Antal Sigray meurt à l’âge de 68 ans, usé par les tortures nazies. Le mouvement monarchiste hongrois est décapité par les soviétiques (arrestation du Cardinal József Mindszenty le 26 décembre 1948 qui avait réclamé le retour de la monarchie…). Le Bund der österreichischen Monarchisten qui s’est reformé participera aux élections du 22 février 1953 mais n’obtiendra que 0.03% soit 1210 voix des suffrages.


En Bohème, durant la Seconde Guerre mondiale, le Prince Willy Thurn Und Taxis avait fondé le groupe monarchiste Prince Eugène et avait pris contact avec un des leaders royalistes tchèques Zdenek Borek-Dohalsky (1900-1945). Les nazis comme les soviétiques combattront ces résistants et arrêteront les partisans de la monarchie, interdisant dès 1945 leurs activités en République Tchèque.

Lien interne

Bibliographies

  • Soleil d'Exil, le banissement des Habsbourg /Presses de la Cité (1974)
  • Othon de Habsbourg, Prince d'Occident /Editions du Conquistador (1959)
  • Otto de Habsbourg , de l'Empire à l'Europe /Editions Les Racines de l'Histoire (2002)
  • Otto de Habsbourg , Mémoires de l'Europe, Edition Critérion (1993)
  • Zita Impératrice courage/Editions Tempus (2003)

Liens externes

  • [1]: Zdenek Borek-Dohalsky (Tcheq.)
  • [2] : Rapport de Von Wiesnerau sujet de l'assassinat de l'Archiduc François-Ferdinand (Angl.)
  • [3]: Petite biographie de Miklos Horthy (Angl.)
  • [4]: Liste des mouvements légitimistes en Hongrie durant l'Entre Deux guerres (Hongr.)
  • [5] :Petite biographie de Miklos Horthy (Angl.)
  • [6] : Décès de Won Wiesner (Angl.)
  • [7] : Biographie d'Antal Sigray (Hong.)
  • [8] Biographie d'Antal Sigray (Hong.)
  • [9] : New York Times de 1928 au sujet des légitimistes hongrois (A,gl.)
  • [10] : Parti légitimiste hongrois durant l'entre deux guerres (Angl.)
  • [11] : Histoire de la Hongrie (Angl.)
  • [12] : Biographie de Charles Ier (Angl.)