Partito Monarchico Popolare

De SYLMpedia
Révision datée du 15 septembre 2009 à 09:38 par Sylvain (discussion | contributions) (Page créée avec « 250px|thumb|Le logo du PMP Le '''Partito Monarchico Popolare''' (PMP – Parti Monarchiste Populaire) est un parti monarchiste italien fondé le 2 jui… »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Le logo du PMP
Le Partito Monarchico Popolare (PMP – Parti Monarchiste Populaire) est un parti monarchiste italien fondé le 2 juin 1954 par le sénateur-maire de Naples, Achille Lauro, en rupture avec la direction du Partito Nazionale Monarchico (PNM).


Les causes

Les désaccords entre PMP et PNM portaient essentiellement sur des question d’alliances électorale, le Partito Monarchico Popolare étant partisan de rapprochements avec le centre-droit, tandis que son rival était plus orienté en direction de la droite “dure” incarnée par le Movimento Sociale Italiano (MSI).


Les effets

La première confrontation électorale entre les deux paris monarchistes rivaux se déroule à l’occasion des élections locales de 1956.

Le Partito Monarchico Popolare est essentiellement implanté dans le sud, et il joue gros avec la remise en jeux de la mairie de Naples. Mais le duel napolitain va tourner à l’avantage du PMP qui obtient la réellection à la mairie de son chef de file Achille Lauro avec 276.678 voix contre seulement 10.185 voix au PNM. Si les communistes restent stables, le PMP lamine par contre la Démocratie Chrétienne, 87.000 voix, (moins 33.000 voix) et le MSI, 16.000 voix, (moins 43.000 voix).

Quelques mois plus tard, en juillet 1957, à l’occasion d’élections régionales partielles en Sardaigne, le PMP conforte ses positions en obtenant 60.032 voix (9%) contre 38.801 voix (6%) à ses rivaux du PNM...


Une victoire à la Pyrrhus

Les résultats des élections nationales de 1958 seront pourtant désastreux. La Démocratie Chrétienne, inquiète, a lancé une procédure d’enquête contre la gestion municipale du PMP à Naples, tandis que la rivalité entre le PNM qui domine au nord de la péninsule et le PMP dont les bastions sont au sud entre dans une phase critique. Une tentative de réunification de la dernière chance échoue piteusement.

Carte d'adhérent du PMP

Dans ce duel fratricide, Le Partito Monarchico Popolare remporte une victoire à la Pyrrhus avec 776.942 voix (2,63%) et 14 députés contre le PNM, 659.865 voix (2,23%) et 11 députés. La leçon est encore plus rude au Sénat ou le PMP obtient 773.959 voix (2,96%) et 5 sièges, contre 510.823 voix (1,95%) et 2 sièges au PNM.


Une réunification tardive

L’heure de la réconciliation sonne enfin devant l’ampleur du désastre. C’est ainsi que le 11 avril 1959 nait le Partito Democratico Italiano (PDI – Parti Démocratique Italien), qui deviendra le 7 mars 1961 le Partito Democratico Italiano di Unità Monarchica (PDIUM – Parti Démocratique Italien d’Unité Monarchiste).

Une fraction du PMP hostile à la réunification créée cependant, sous la conduite d’Antonio Cremisini, un éphémère Movimento Monarchico Italiano (MMI – Mouvement Monarchiste Italien).


Bibliographie

  • François Duprat, Texte italiqueL'Ascension du MSI, Ed. Les Sept Couleurs, 1972.