Mouvement Paneuropéen

De SYLMpedia

Le Mouvement Paneuropéen

Le Mouvement Paneuropéen ou Union Paneuropéenne Internationale a été fondée le 3 Octobre 1926 par le Comte Richard Nikolaus von Coudenhove-Kalergi.

Fondation du Mouvement Paneuropéen

Ce fils de diplomate autrichien en poste au Japon , né le 17 Novembre 1894 (Tokyo) , avait déjà publié un manifeste trois aux auparavant (intitulé Paneurope) afin de promouvoir l’idée d’une Europe unie au lendemain de la première guerre mondiale et afin que ce ne reproduise plus jamais les affres d’une guerre mondiale.

Le jeune Comte avait impressionné en Janvier 1918 par les "quatorze points" du Président américain Woodrow Wilson (dont celui concernant l’autodétermination des peuples dans l’Empire Austro- Hongrois) mais avait été déçu par le Traité de Versailles (1919) où il avait déjà pressenti les graines de la discorde. En 1920, il tente de convaincre le Président Tchécoslovaque Thomas Masaryk de le suivre dans son projet d’unité de l’Europe mais frileux, le Président Masaryk hésita. Et ce sont ces tergiversations qui décida le jeune Comte Richard von Coudenhove-Kalergi de créer le Mouvement Paneuropéen.

Même le Duce Mussolini qui fut approché par le jeune Comte (admiratif des thèses nationalistes du facsisme) méprisa son projet.

Le Comte Richard von Coudenhove-Kalergi

Sa verve lors de ses discours (son appartenance à la Franc- Maçonnerie et son mariage avec une comédienne mondaine) amena autour de lui des politiques de différents horizons dont le tombeur de l’Empire Austro- Hongrois Karl Renner. Ce dernier n'hésita pas à mettre des locaux de la Hofburg à sa disposition. Le Président du Conseil françaisn Aristide Briand apporta sa contribution au mouvement en pronoçnat un discours en faveur de la création d’une fédération de nations européennes à la tribune de la Société des Nations, à Genève.

Cependant, l’arrivée du nationalisme- socialisme en Allemagne va ruiner les efforts du Comte Richard von Coudenhove-Kalergi pour un monde uni à travers des principes fort comme celui de la religion chrétienne, ciment de l’unité européenne selon lui. En Octobre 1932 lors de son troisième congrès du mouvement, le Mouvement Paneuropéen se déclare contre l’idéologie communiste et nationale- socialistes (nazis). En 1933, les actions du Mouvement Paneuropéen vont se concentrer sur l’Autriche. Le Comte Richard von Coudenhove-Kalergi est convaincu que seule l’indépendance de ce pays sauvera l’Europe de la guerre qui menace une nouvelle fois le continent.

Otto de Habsbourg- Lorraine et le Mouvement Paneuropéen

C’est Kurt Von Schuschnigg qui va assurer la présidence de la section paneuropéenne au décès du Chancelier Dolfuss. C’est ainsi que le Mouvement Paneuropéen va prendre contact avec l’Archiduc Otto de Habsbourg- Lorraine qui représente aux yeux du Comte Richard von Coudenhove-Kalergi le seul personnage politique, tant par sa stature que par l'histoire de sa famille, capable de résister au Chancelier allemand Adolf Hitler et ses rêves expansionnistes. Le Prétendant au trône adhérera vite aux idées du Mouvement Paneuropéen qui va à cette époque soutenir l’idée d’une restauration monarchiste en Autriche.

Et même dans l’exil, l’amitié entre le deux hommes ne se démentira pas . Avec son épouse d’origine juive, le fondateur du Mouvement Paneuropéen se réfugiera en Suisse puis aux Etats- Unis où il enseignera le temps des affrontements entre Nazis et Alliés.

Otto de Habsbourg- Lorraine

Après la Seconde guerre mondiale, le Comte Richard von Coudenhove-Kalergi reprend ses travaux pour une Europe unie et participe à la création du Conseil de l’Europe en 1949. De nationalité Tchèque et Française, le Comte Richard von Coudenhove-Kalergi va entretenir une longue correspondance avec le Général Charles de Gaulle. Ainsi la France va en 1960 favoriser la création du Comité français pour l'Union Paneuropéenne (CFUP) qui va travailler à la réconciliation franco- allemande.

En 1956, Otto de Habsbourg- Lorraine prononce un discours remarqué devant 300 congressistes. Un an plus tard, le Prince obtient la Vice Présidence du Mouvement Paneuropéen au grand dam des Sociaux – Démocrates autrichiens qui persistait à croire que le Prétendant se servait de ce mouvement à des fins politiques et de facto doutaient de sa volonté à renoncer à prétendre au trône d’Autriche. D’ailleurs, les monarchistes autrichiens vont rallier dans leur grande majorité le Mouvement Paneuropéen dont Otto de Habsbourg- Lorraine prend la Présidence au décès du Comte Richard von Coudenhove-Kalergi, le 27 Juillet 1972.

En 1996, la section paneuropéenne autrichienne fut secouée par un scandale financier où fut mêlé le Prince héritier Karl de Habsbourg- Lorraine

Otto de Habsbourg- Lorraine restera Président du Mouvement Paneuropéen jusqu’en 2004 et va prendre position contre l’entrée de la Turquie en Europe. Il se servira de son poste de Député Européen (1979- 1999) pour tenter de faire adopter les idées du mouvement.


Le Mouvement Paneuropéen aujourd’hui

Dirigé par le député français Alain Terrenoire (né en 1941) depuis 2004, c’est le Prince Karl de Habsbourg- Lorraine qui assure depuis 1986 la présidence de la section paneuropéenne autrichienne.

Le Mouvement Européen a été très actif dans la construction de l’Union Européenne et sa vice présidence est assurée par la députée Walburga Douglas, fille de l’Archiduc Otto de Habsbourg- Lorraine.

Le Mouvement Paneuropéen est actuellement représenté au Parlement Européen

Déclaration de Strasbourg (1995)

Principes fondamentaux de l’Union Paneuropéenne

L’Union Paneuropéenne, réunie en assemblée générale à Strasbourg, le 10 décembre 1995, mouvement dépassant le cadre national et partisan, reste fidèle aux idéaux et idées politiques de son fondateur, Richard de Coudenhove-Kalergi. Formulée pour la première fois en 1922, sa vision d’une Europe pacifique unie dans la liberté et le droit conserve toute sa validité, même après les changements historiques des dernières années.

La libération des peuples d’Europe centrale et orientale du joug du communisme soviétique a inauguré une nouvelle phase de l’histoire européenne qui ouvre la perspective d’une réunification de toute l’Europe dans un avenir prévisible. L’Union Paneuropéenne ne peut se déclarer satisfaite avec la situation actuelle, même après la disparition du régime communiste qui fut imposé par la force à la moitié de notre continent.

L’Union Paneuropéenne se déclare attachée au patriotisme européen, couronnement des identités nationales de tous les Européens. A l’époque des interdépendances et défis mondiaux, seule une Europe forte et politiquement unie peut garantir l’avenir de ses peuples et entités ethniques. L’Union Paneuropéenne reconnaît l’auto-détermination des peuples et le droit des groupes ethniques au développement culturel, économique et politique.

L’Union Paneuropéenne se déclare partisane du développement libre et responsable de la personne, du renforcement des familles et des autres communautés naturelles, d’une Europe de justice sociale fidèle aux principes de solidarité et de subsidiarité. La responsabilité pour le monde de demain inclut la responsabilité de la personne et de l’Etat envers la nature et les créatures.

Le christianisme est l’âme de l’Europe. Notre engagement est marqué par la conception chrétienne des droits de l’homme et des principes d’un véritable ordre juridique. En promouvant la communauté des valeurs de notre continent, elle s’oppose à toutes les tendances qui affaiblissent les forces spirituelles et morales de l’Europe. Elle respecte l’apport du Judaïsme et de l’Islam à notre esprit et à notre culture dont ils forment une partie intégrante. L’Union Paneuropéenne est convaincue que la diversité culturelle et historique européenne des peuples et de leurs langues est un élément de la richesse de notre continent.

Le but de l’Union Paneuropéenne est l’union de tous les peuples européens en une Europe forte, capable de promouvoir effectivement ses intérêts et idéaux dans le monde. Cela demande l’admission rapide des peuples d’Europe centrale et orientale à l’Union Européenne, point de départ de l’Europe unie de demain.

L’Union Paneuropéenne appuie l’évolution de l’Union Européenne vers une entité politique, y compris dans les domaines de la sécurité et de la défense, capable d’agir en dehors comme au-dedans. Cette Europe doit chercher des liens amicaux avec ses voisins, spécialement avec la Russie, la Turquie et les autres pays du Bassin méditerranéen. Notre continent est appelé à représenter les idéaux de liberté et de dignité humaine dans le Monde

Liens Internet

  • [1]: Site du Mouvement Paneuropéen en Autriche (All.)
  • [2]: Site du mouvement Paneuropéen International (Fr., All., Angl.)