Léka Ier

De SYLMpedia

Léka Ier

Armoiries de la Maison Royale d'Albanie

Né le 5 avril 1939, fils du Roi Zog Ier (1895-1961) et de la Comtesse Géraldine Apponyi de Nagyappony (1915-2002), il partagera avec ses parents l’exil lors de l’invasion de l’Albanie par les Italiens deux jours après sa naissance.

Les années d’exil

Le mouvement royaliste du Parti du mouvement de la légalité (PLL) ne parviendra pas à rendre sa couronne à la famille royale, exilée un temps en France (1940) puis au Royaume Uni dès 1939(les membres de la famille royale logeront au Ritz Hotel et en 1941 à Parmoor House) avant de s'installer en Égypte en 1946 où il espère le soutien des monarchies musulmanes dont il partage la religion et enfin de nouveau en France dès 1952.

La famille royale en 1941

Le 2 janvier 1946, les communistes abolissent la monarchie à l’issue d’un scrutin où ils ont été les seuls à se présenter. Zog ne reverra pas l'Albanie.

En avril 1952, les États-Unis le contactent pour lui proposer de recouvrer son trône. Un projet est rapidement bâti (projet Valuable) avant d’être lamentablement éventé par une indiscrétion. Zog Ier se retire en France et délègue ses pouvoirs à son fils en 1957 avant de mourir, ruiné, le 9 avril 1961 (il est toujours enterré au cimetière parisien de Thiais en 2011).

Géraldine d'Albanie, Léka et Zog Ier

Aussitôt les monarchistes réunis dans un Conseil de Régence organisent une cérémonie à l’Hôtel Bristol (Paris) et proclament Léka Roi sous le nom de Léka Ier d’Albanie.

Le Roi de Jure entend bien poursuivre la politique de reconquête du pouvoir commencée par le Roi Zog Ier. Ses études d’économie terminées et après un passage à l’académie militaire de Sandhurst et son mariage en 1975 avec Susan Cullen-Ward (d’origine australienne, 1941-2001) le Prince va tenter de mettre son plan à exécution. Le 26 septembre 1982, il essaie de débarquer sur les côtes albanaises avec ses partisans. C’est un échec. Le Prince repart en exil.

Le Roi Léka Ier

Le 20 février 1992, le Parti du mouvement de la légalité (PLL) est reconnu officiellement parti politique dans une Albanie libérée de sa tutelle communiste. En novembre 1993, une massive manifestation monarchiste (entre 5 000 et 10 000 personnes) sera organisée à Tirana, la capitale, en présence du Roi Léka et de son fils (Léka II), autorisés pour l’occasion à séjourner en Albanie. Le pays est alors confronté à une corruption massive de ses élites politiques et à une insécurité grandissante. Le Roi Léka apparaît alors comme une alternative dans un pays qui peine à se relever politiquement comme économiquement. Les manifestations en sa faveur vont se succéder dans le pays. Craignant un coup d’État, le gouvernement expulse le Roi le 20 novembre 1993.

le Référendum du 29 Juin 1997

Le Roi Léka Zogu en 1997

Léka tente de revenir avec un passeport aux armes du royaume albanais (1994) mais est expulsé 24 heures après son arrivée. Une nouvelle fois, le PLL organise des manifestations en sa faveur et exige la tenue d’un référendum sur la question de la monarchie. Acculé, le gouvernement autorise le retour du Roi (accueilli par plus de 38 000 personnes à sa descente d’avion), accepte la nomination d’un ministre pro-royaliste et la tenue du référendum le 29 juin 1997.

Avec la proclamation des résultats officiels du référendum (67 % en faveur de la République), les tensions s’exacerbent en Albanie. Le Roi affirme que les votes en faveur de la monarchie ont dépassé les 65 % et que plus de 300 000 bulletins ont disparu. Il prend alors la tête d'une manifestation contre la Commission électorale qu'il accuse de fraude. Des affrontements éclatent entre les monarchistes et les partisans du gouvernement qui feront un mort. Accusé d'avoir voulu prendre le pouvoir par la force, Léka Ier doit alors quitter le territoire albanais pour l'Afrique du Sud.

Léka Ier en tenue paramilitaire

Le 22 février 1998, de nouveaux affrontements éclateront à Shköder suite à une attaque armée sur la mairie de la ville par un groupe de 20 personnes non identifiées. On accusera les royalistes (?).

En 1999, il fait les titres des médias étrangers avec une brève arrestation par la police sud–africaine pour détentions illégales d’armes de guerre.

Accusé par les autorités albanaises d’avoir tenté un coup d’État lors des manifestations de 1997, un tribunal le condamne par contumace le 25 novembre 1999 à 3 ans de prison ferme pour "atteinte à l'ordre constitutionnel". Condamnation qui lui interdisait de facto de pouvoir remettre les pieds en Albanie. En février 2002, cette condamnation est transformée en une peine avec sursis pour "port d'arme illégal". En mars 2002, une pétition signée par 76 députés réclame le retour de la famille royale en Albanie. Léka Ier déclare alors : « Nous sommes prêts à apporter notre contribution, en tant que citoyens ou au titre d'une fonction définie, pour développer l'économie du pays et pour renforcer l'État albanais dans l'intérêt de la Nation albanaise. Nous devons comprendre que ce n'est pas seulement l'Albanie qui a besoin d'être soutenue mais aussi notre nation tout entière. Tout citoyen qui se dit albanais doit aussi apporter sa contribution. Ma famille et moi, nous sommes au service du peuple et nous le resterons à jamais. J'ai toujours œuvré pour l'union nationale et le progrès de la Nation albanaise. »

Retour de la famille royale

manifestation de royalistes en 2002

Avec le retour définitif de la famille royale le 29 juin 2002, le Roi entend fédérer les mouvements monarchistes albanais sous sa seule autorité. Finalement en conflit avec le Parti du mouvement de la légalité, Leka décide d’annonce la création du Mouvement pour le développement national (Levizja per Zhvillim Kombetar -LZHK).

Mais son mouvement ne rencontrera pas le succès attendu et le Mouvement pour le développement national sera contraint de s’allier avec l'opposition républicaines afin de survivre politiquement.

Léka décide de se retirer de la vie politique en février 2006, laissant progressivement son fils Léka II assumer la continuité dynastique

En 2003, le Parlement a adopté un statut spécial pour la famille royale d’Albanie et reconnu son rôle dans l’indépendance du pays.

Décès de Léka Ier

Léka Ier en 2009

Hospitalisé pour des problèmes pulmonaires, Leka Ier est décédé le 30 novembre à 8h45 à l'hôpital universitaire Centre Mère Teresa.

Sali Berisha, Premier ministre albanais, décrétera une journée de deuil en l’honneur du défunt souverain de jure et une minute de silence lors du conseil des Ministres le 30 novembre. Le Premier Ministre a aussi surpris les Albanais en déclarant que "les Albanais avaient voté pour la monarchie en 1997 mais que les votes avaient été manipulés".

Le gouvernement a décrété un jour de deuil national lors des funérailles (3 décembre 2011) retransmises à la télévision albanaise et auxquelles ont participé les membres du gouvernement. Un millier d'Albanais a rendu hommage au souverain dont le cercueil avait été recouvert du drapeau national et gardé par 4 militaires de la garde nationale.

Le message de condoléances du Président albanais à la famille royale des Zogu

"Chère famille de Léka Ier Zogu,

C'est avec une profonde tristesse que j'ai appris la nouvelle de la mort de Léka Ier Zogu, l'héritier du Roi Zog. Dans ces moments tristes et difficiles pour vous, permettez-moi au nom de l'État albanais et au mien, d'exprimer mes condoléances les plus sincères.

Léka I Zogu a eu une vie difficile mais indépendamment de la fortune de la vie, à tout moment, il a travaillé avec dévouement et amour à la protection et à la promotion de la question albanaise. Dans nos mémoires restent vives ses efforts nationaux et son rôle actif dans la chute du communisme, et, pendant la transition, son exaltation des valeurs nationales et la promotion des processus d'intégration de l'Albanie.

Sa mort est une grande perte pour vous, pour sa famille, pour tous ceux qui le connaissaient de près et pour ses compatriotes".


Liens externes

  • [1]: Site de la Maison Royale d'Albanie (Fr.)
  • [2] : Retour de la famille royale (Article de la BBC , Juin 2002) (Angl.)
  • [3] :Site du Parti du mouvement de la légalité (Alb.)
  • [4]: page Facebook du Parti du mouvement de la légalité (Angl., Alb.)
  • [5] : Résultats des votes de 2011 (Alb.)
  • [6]: Funérailles du souverain