Grand Duc Cyrille

De SYLMpedia

Grand Duc Cyrille Romanov

Grand Duc Cyrille

Fils de Vladimir Alexandrovitch Romanov et Marie (Pavlovna) de Mecklembourg- Schwerin, le Grand Duc Cyrille va devenir bientôt l’héritier involontaire d’une monarchie défunte. Ce petit fils d’Alexandre II reste aujourd’hui un personnage controversé de la dynastie impériale.

Ses parents

Née Grande Duchesse dans l’état de Mecklembourg – Schwerin en 1854, Marie est la fille du Grand Duc Frédéric II. Dotée d’un solide caractère, la Grande Duchesse n’admet pas que sa famille lui impose ses choix pas plus d’ailleurs qu’elle ne se pliera plus tard aux demandes de sa future belle famille. Il faudra toute l’audace et la diplomatie de son futur mari, Vladimir Romanov, pour convaincre son père le Tsar Alexandre II d’autoriser son mariage sans qu'elle ne soit obligée pour autant de se convertir à la religion orthodoxe comme il était d’usage au sein de la famille impériale. Fantasque et ambitieuse, la Grande Duchesse va nourrir une certaine haine contre la Tsarine Alexandra qu’elle accuse bien volontiers de mener la monarchie à sa perte. D’ailleurs, elle n’hésitera pas à faire de son palais une contre cour à celle du couple héritier de l’Empire, Nicolas et Alexandra ni à tremper dans le complot de 1916 qui visera à remplacer le Tsar par le Grand Duc Dimitri.

Vladimir Alexandrovitch Romanov (1847- 1909) est le frère d’Alexandre III. Homme affable, il porte en lui tout ce que la Russie porte de plus beau. La force tranquille, la beauté et la stature d’un Prince Slave. Un savoureux mélange auquel la Grande Duchesse Marie (Pavlovna) succombera aisément. De cet amour naîtront 5 enfants dont un décédera en bas âge.

C’est la Grande Duchesse qui dirige la maison de son mari et qui espère que celle-ci va s’élever encore plus haut dans la hiérarchie sociale. La Grande Duchesse vise le trône et pour que son fils Cyrille s’en rapproche, elle finira par abandonner finalement la religion luthérienne pour celle de son mari.

Officier et Prince Russe

Né le 12 Octobre 1876 à Tsarkoie Selo, le Prince Cyrille vit son enfance sous les dorures du Palais Vladimir et comme tous les Grands Ducs, se destine à l’Armée. Officier dans la Marine, il est envoyé sur le croiseur « Petropavlovsk », alors que la guerre contre les Japonais vient tout juste d’éclater (1904- 1905). Il n’aura pas le temps de se perfectionner. Son navire heurte une mine Japonaise en Avril 1904 et le Prince échappe de peu à la mort mais en sort fortement choqué. Il devra être hospitalisé pour dépression nerveuse. La guerre sera désastreuse et la Russie ressentira cette défaite comme une honte nationale.

Un mariage controversé

Lorsque Cyrille demande au Tsar Nicolas II l’autorisation d’épouser la Princesse Victoria- Mélita de Saxe- Cobourg- Gotha, il déclenche un scandale dans toutes les cours européennes et l’agacement de la Tsarine qui est farouchement opposée à ce mariage y compris la Grande Duchesse Marie Pavlovna.

Petite- fille de la Reine Victoria Ière, c’est lors des funérailles de la Grande Duchesse Alexandra Romanov en 1891 que Victoria- Mélita rencontre pour la première fois le Grand Duc Cyrille. Du haut de ses 15 ans, elle ignore les conseils de sa mère Marie Romanov qui lui dit de se méfier des hommes de sa famille. Car par sa mère, elle-même fille d’Alexandre II, Victoria- Mélita est la cousine du Grand Duc Cyrille. La Reine d’Angleterre a néanmoins d’autres plans pour sa petite fille et décide de la marier au Grand- Duc héritier de Hesse, Louis. Ce dernier d’ailleurs n’ayant pas eu son mot à dire.

Cyrille et Victoria- Melita

Le mariage célébré le 9 Avril 1894 sera un échec. Le Prince Louis étant peu porté sur les choses de la gente féminine. Une fille naîtra malgré tout. La jeune et pétillante Elizabeth qui succombera à l’âge de 8 ans (1908) d’une violente typhoïde.

Lors du couronnement de Nicolas II, le couple est naturellement invité aux festivités. Louis étant le frère de la nouvelle Tsarine, c’est avec joie que Victoria- Mélita retrouve son amour de jeunesse. La passion n’a pas quitté les deux cousins. La Grande Duchesse attendra la mort de la Reine Victoria pour demander le divorce et celui-ci qui sera signé le 21 Décembre 1901. Le scandale est important. Victoria- Mélita part rejoindre sa mère sur le long de la Rivièra, en France.

Cyrille, qui ne cache pas sa satisfaction, se précipite auprès du Tsar et lui demande l’autorisation d’épouser sa cousine. La Tsarine Alexandra est furieuse, jure qu’elle ne recevra jamais celle qui a ruiné le mariage de son frère. Mais Nicolas II finit par accepter ce mariage. C’est donc en toute intimité en Bavière à Tegernsee que Victoria Mélita et Cyrille s’unissent le 8 Octobre 1905. Et comme cadeau de mariage, le Tsar va appliquer la stricte loi qui régit les mariages de la famille impériale. Cyrille est renvoyé de la Marine, déchut de ses décorations et titres, sa pension lui est retirée. Le nouveau couple décide de s’installer sur les Champs- Elysées et vont vivre des revenus que lui envoient mensuellement la Grande Duchesse Marie Pavolovna et la famille des Cobourg.

A la naissance de leur première fille en 1907 (Maria), Victoria Mélita décide se convertir à la religion orthodoxe au grand désespoir de sa mère et de Cyrille. Aux soucis financiers se mêle l’amertume qui gagne doucement le Prince. Une deuxième fille naîtra en 1909 et recevra le nom de Kira.

Retour en grâce et la chute de l’Empire

Le 14 Novembre 1908, le Grand Duc Alexis Alexandrovitch, 4 ième fils d’Alexandre II décède d’une pneumonie à Paris. Nicolas II, dit-on, sera dévasté par la mort de cet oncle préféré qui voyagea à travers le monde et fit sensation lors de son séjour au Etats-Unis. Après l’assassinat du Grand Duc Serge en 1905, Cyrille devenait désormais un des héritiers présomptifs au trône. Retrouvant tous ses titres, le couple impérial peut de nouveau retrouver les dorures de Saint Petersbourg non sans s’inquiéter des événements qui secouent la Russie. Cyrille n’apprécie guère la présence de Raspoutine au sein de la famille impériale et doute des capacités de la Tsarine à continuer ses fonctions. Tout comme sa mère, Cyrille pense qu’il est temps de renverser ce «cher Nicky » avant de que l’empire ne sombre complètement. La première guerre mondiale est dévastatrice pour le pays et plusieurs unités militaires se soulèvent contre le régime. Lui-même à la tête de son détachement hésite sur la position à adopter.

Lorsque que Raspoutine est assassiné en 1916 par le Grand Duc Dimitri et le Prince Yossoupoff, Cyrille et Victoria Mélita tente d’intercéder en la faveur du Grand Duc Dimitri. En vain, l’Empire vit ses dernières heures et en Mars 1917, Nicolas II abdique. En 24 heures, la Russie voit passer 3 Tsars sur le trône. Nicolas II qui abdique en faveur de son fils Alexis (II) et renonce pour lui au trône avant de confier les rênes du pays à son frère Michel IV. Curieuse ironie de l’histoire qui a voulu qu’en 1613, Michel III Romanov fut couronné à Ipatiev et que ce soit un autre Michel qui met fin à l’Empire en signant son acte d’abdication et dont un jour de Juillet 1918, la famille sera exécutée dans la maison...Ipatiev.

Mais encore loin de ces futures turpitudes de l’histoire, le Prince Cyrille décide le 14 Mars 1917 de faire allégeance à la Douma. Pour Cyrille, il ne fait pas de doute que seules les réformes de l’Empire sont nécessaires à sa survie et il entend faire ce qu’il faut pour assurer la pérennité du trône. Ainsi cocarde rouge à la casquette, il dirige son régiment pour protéger Petrograd et la Douma non sans assurer la protection du Palais Impérial Tsarkoïe Selo. Son épouse le soutient mais pas les reste des Romanov qui crient à la trahison.

Au début, comme membre de la famille impériale, le Prince n’est pas inquiété par la foule qui entoure son palais mais la propagande des Bolcheviks va bientôt forcer le couple impérial et ses enfants à fuir la Russie vers la Finlande puis Cobourg, en Allemagne. Pour seul argent, des bijoux cousus dans les robes. Un poids lourd à supporter alors que la Grande Duchesse est enceinte de son fils, Vladimir, qui naîtra en Finlande en Août. Cyrille et Victoria Mélita s’installent dans cette partie du pays encore sous autorité Russe et qui semble fidèle à l’Empire. L’histoire le démontrera mais la Finlande s’affranchira finalement de cette tutelle en Décembre 1917.

Il faut fuir de nouveau. Un bref passage par l’Allemagne, la rancœur de la Grande Duchesse envers ses cousins anglais puis la Bretagne, en France. Saint Briac sur Mer qui allait devenir leur dernière résidence.

Cyrille Ier, Curateur du trône

C’est par les journaux que Cyrille apprend la défaite des partisans de la monarchie au terme d’une longue guerre civile et l’exécution du Tsar et de sa famille. Nombre de Russes Blancs se sont rassemblés en France ou à Berlin, espérant que la restauration prochaine de la monarchie va leur permettre de revenir bientôt en Russie. Ils sont bien divisés. Il y’a ceux qui vont soutenir Alexandre Kazembek et son organisation des Mladorossis, ceux qui soutiennent le Grand Duc Nicolas, ancien généralissime des armées du Tsar et d’autres qui voient en la montée du nazisme le secret espoir d’une intervention militaire qui fera tomber le communisme. Victoria Mélita n’est pas en reste à ce sujet. Elle exècre tout ce qui est communiste et lors d’une manifestation nazie où elle assiste avec son mari, elle n’hésite pas à faire des dons d’argent à ce parti tout comme ses cousins Hohenzollern. Ces mêmes Princes qui contribuèrent à faire tomber l’Empire en renvoyant dans un wagon blindé, un certain Illitch Oulianov Lénine.

La Grande Duchesse ne démérite pas de sa belle mère. Elle pousse un dépressif Cyrille à prétendre au trône et part dans une vaine campagne aux Etats-Unis afin de tenter de pousser ce pays a prendre part à une intervention armée contre le péril rouge. Certainement que Maria Pavlovna aurait été fière de sa bru. Pourtant la Grande Duchesse n’aura pas eu le temps de voir tout cela, étant décédée le 6 Septembre 1920. En Septembre 1924, Cyrille annonce aux Russes qu’il assume désormais le trône de jure comme Curateur. Non sans un certain remous au sein de cette communauté. La Grande Duchesse Douairière Maria Romanov, refusant de croire que son fils Nicolas II était mort ,ne reconnaîtra pas cette proclamation qu’elle jugera illégale.

Cyrille enverra une lettre le 8 Août 1924 à la République Soviétique réclamant la vérité sur la disparition des corps de Nicolas II et de sa famille.

En vérité, c’est bien la Grande Duchesse qui tient cette petite maisonnée et s’occupe entre autres de marier ses deux filles ( Kira épousera en 1938 le Prince Louis Ferdinand de Prusse , renforçant de fait les liens entre les deux maisons impériales et Marie fera de même avec le Prince héritier d’Helchingen, Frédéric- Charles). Epuisée, Victoria- Mélita meurt le 2 Mars 1936 laissant un Cyrille Romanov effondré.

Cyrille, les Mladorossis et les Nazis

Lorsque Kazembek est élu à la tête des Jeunes Russes (Les Mladorossis), il a 21 ans. Nous sommes en Février 1923 et les monarchistes viennent de se doter d’une nouvelle organisation monarchiste qui copie le mouvement fasciste italien mais qui se considère comme un nouveau parti révolutionnaire russe n'hésitant pas à mélanger bolchévisme, nationalisme et monarchisme. Le Grand Duc Cyrille est reconnu comme Empereur de Jure et ce dernier ne manque pas une occasion de soutenir Les Mladorossis. Les monarchistes ont divisés entre partisans de Cyrille et ceux du Grand Duc Nicolas, ancien généralissime des armées du Tsar. Les deux camps s’affrontent souvent à Paris.

A Saint Briac sur Mer, où résident Cyrille et ses enfants, les monarchistes défilent pour lui rendre hommage. Le Grand Duc va finir par se méfier de Kazembek et de son mouvement qui commence à péricliter à l’aube de la seconde guerre mondiale. Pis, pour le Curateur du Trône, le leader des Mladorossis auraient succombé totalement à la tentation communiste.

Depuis la montée en puissance du Parti National- Socialiste, le Grand Duc a suivit son leader Adolf Hitler, n’hésitant pas à financer son mouvement. Mais Cyrille est loin d’être un adepte du nazisme. Il ne voit que dans ce mouvement un rempart au communisme et une possibilité de retrouver son trône. Lorsque Adolf Hitler devient Chancelier, il envoie quelques émissaires sonder certains princes dont le Grand Duc. L’Allemagne songe à son espace vital, le Grand Duc à la Russie.

Cyrille meurt à son tour le 12 Octobre 1938. Il n’aura pas eu le temps de faire son choix au moment où l’Europe bascule dans la guerre. Son fils Wladimir III lui succédera comme prétendant au trône.

Lien externe

  • [1] : Biographie du Grand Duc Cyrille