Un programme pour la France

De SYLMpedia

Un programme pour la France

Extrait du site France Bonapartiste.

Pour la France, par Napoléon ! Un projet, Bougeons la France !

. Bougeons les Institutions • Rétablissement du septennat pour le Président de la République. • Fusion du Sénat et du Conseil Economique et Social en une chambre, des professions et des collectivités, chargée des intérêts économiques et sociaux des Français. • Recours plus fréquent au référendum et élargissement de son champ d'application pour que le peuple puisse se prononcer sur les questions qui l'intéressent et le concerne • Création d'un vrai statut de l'élu. • Imposer aux fonctionnaires de démissionner de leurs fonctions lorsqu’ils briguent des fonctions politiques. • Modification du financement des partis politiques (et des syndicats), par la création d'un "chèque politique" distribué par l'Etat à chaque citoyen qui le remettrait au parti de son choix.


Bougeons la cohésion nationale • Moins d'immigration et plus d'assimilation avec la mise sur pied une politique des flux migratoires permettant de prévoir les besoins et la capacité d’accueil de notre société. • Modification des procédures d’acquisition de la nationalité française. • Modification de la loi sur le regroupement familial. Blocage total de celui-ci pendant 5 ans • Défense de l'unité de la France, République une et indivisible. • Défense du principe de laïcité, la religion doit rester du cadre strictement privé et ne doit pas s'inviter à tout bout de champs dans la vie politique de la Nation. Le but de la laïcité n'est pas d'opprimer les religions mais de faire en sorte que celles-ci puissent vivre dans le respect des lois. Ces lois portent en priorités sur le statut de la femme, les conditions du mariage, la séparation des pouvoirs temporel et spirituel, la neutralité religieuse dans tous les services publics. • Mise en place d'une véritable politique d'aide aux handicapés. • Assurer l’élévation sociale de chacun tout en refusant la discrimination positive. • Redonner le sentiment d’appartenance à une nation. Nulle considération de provenance géographique, d'appartenance religieuse ne saurait intervenir. La qualité, la dévotion française seules importent, à condition qu'elles soient sincères, éprouvée, confirmée…

Bougeons l’école • Les priorités de l'école primaire doivent rester la lecture, l’écriture (alors que 17% des élèves entrant en classe de 6ème maîtrisent mal le français), l’apprentissage du français doit retrouver une place prépondérante, les bases d’arithmétiques (les mêmes statistiques du ministère de l’Education Nationale parlent de 38% d’élèves entrant au collège ne maîtrisant pas les compétences de base en calcul !), la francophonie, l’instruction civique, l’histoire de France et le sport. • Création de classes de fin d'études primaires afin de mettre à niveau les élèves ne possédant pas les savoirs fondamentaux. • Instauration de filières différenciées (générale, technique et professionnelle) dans les collèges. Placer la filière professionnelle en parallèle : entreprises et Education Nationale. Ouverture des grandes écoles aux meilleurs éléments de chaque filière afin d'assurer l'excellence. La pluralité des élites serait ainsi renforcée, tant dans la nature de la formation qu'eu égard aux origines sociales. L'idée est d'instaurer des passerelles, à tous les niveaux, entre les filières afin d'éviter l'exclusion par la hiérarchisation. • Recrutement des enseignants à temps plein et partiel qui ont une expérience professionnelle, notamment des cadres et des techniciens de plus de 50 ans en aménageant les systèmes de retraite en conséquence. Cela serait particulièrement justifié pour les disciplines techniques, la gestion et les langues. • Promotion l'alternance et l'apprentissage comme filière d'excellence. Il faudrait aussi recourir aux décrets d'application de la loi de juillet 92, renforcée par celle de 2001, qui permet de valider, à tous les niveaux, les acquis professionnels. Il faut que les jeunes considèrent que la meilleure garantie pour l'emploi réside dans la formation supérieure par l'apprentissage et la validation des acquis de l'expérience tout au long de la vie. • Création de bourses d'internats pour corriger les inégalités sociales souvent renforcées par des concentrations excessives d'enfants en situation difficile. Ces bourses devraient être attribuées aussi en fonction des mérites scolaires. L'investissement ne devrait pas être considérable puisque la plupart des internats de province sont à moitié vide. Cette politique, déjà menée dans les années 60 au profit des enfants d'agriculteurs, a été bénéfique, il s'agit de la réactualiser pour les enfants des cités en difficulté. Ces "placements" en internat pourraient aussi contribuer à corriger les fortes inégalités géographiques qui demeurent dans l'offre éducative des territoires. • Répartition des meilleurs professeurs sur l'ensemble du territoire national. Il conviendrait de lier les promotions et les rémunérations des enseignants aux conditions d'exercice de leur métier et à leurs performances. • Réintroduction de la notion de groupe de niveaux avec des passerelles entre chacun d'entre eux afin de stimuler et d'encourager l'effort. • Réforme des IUFM en rapprochant les futurs instituteurs des réalités du terrain. • Responsabilisation des familles, c'est à dire d'abord les parents, sur l'importance de leur rôle en matière éducative. L'école et la famille sont complémentaires. L'école devrait plus tenir compte des inégalités sociales de départ pour les corriger par une plus grande sensibilisation des parents sur les filières, les capacités et les lacunes de leurs enfants.

Bougeons les services publics • Mettre en place d'une politique participative qui réunirait les salariés et les usagers du secteur public. • Redéfinir le périmètre des services publics. Refus de démantèlement du service public (EDF/GDF, SNCF, La Poste) • Créer un grand groupe public de l’énergie • Décloisonner la fonction publique afin de mieux affecter les ressources. Cette mesure qui vaut mieux que le rationnement des effectifs, appèle une réflexion sur les missions et sur les besoins, et conduit à une véritable rupture salutaire avec la tradition administrative. La mobilité doit être le complément de la sécurité. • Réaffirmer les devoirs des services publics. • Défendre les valeurs de la ruralité et maintenir les services de proximités dans les régions les plus touchées par la désertification afin d'arrêter celle-ci. • Fixer des objectifs simples par ministère. • Contrôler strictement la dépense de l’argent public dans l’immense secteur associatif. Imposer à tous de rendre des comptes sur la dépense et les résultats. • Enjoindre aux administrations centrales qui reçoivent de l’Union européenne des documents de travail uniquement en anglais de refuser de les traiter aussi longtemps qu’une version en français ne leur est pas parvenue, en stricte application de la réglementation linguistique européenne actuellement en vigueur.


Bougeons l’aménagement du territoire • Promouvoir un réel équilibre entre un Etat rénové et les collectivités locales. • L'Etat doit rester le garant de l'unité du territoire et de l'égalité au sein de celui-ci. • Mise en place de compétences générales pour toutes les collectivités. • Maintien du département et des communes. • Développer la déconcentration et rendre aux préfets leurs prérogatives. • Mise en place d'un programme exceptionnel d'infrastructures visant à maintenir sur tout le territoire une véritable égalité (trains, voies navigables, liaisons Internet, etc…).

Bougeons la croissance, l’emploi et la fiscalité • Mise en place de la Taxe Sociale sur la Valeur Ajouté, cotisation unique sur la consommation comme le suggère le professeur Cayol • Mise en place de la Participation en tant que 3ème voie. • Réforme des 35 heures amenant à libérer le travail et ceci afin d’employer le plus de monde possible • Mise en place de contingentements aux importations en s’inspirant des travaux de Maurice Allais • Développement du Revenu Minimum d’Activité au profit des collectivités territoriales (1 à 2 journées par semaine) pour les Rmistes et les chômeurs de longues durées • Amplification du système de guichet unique visant les demandeurs d'emplois permettant de reconnaitre aux plus démunis des droits acquis assortis de devoir et de contrôle • Réforme de l'impôt sur le revenu basé sur l'égalité (article 13 de la déclaration des droits de l'homme de 1789). Suppression des niches sources de combines afin que les hauts revenus soient toujours imposés • Création d'un impôt général sur le capital remplaçant les droits de succession et les droits de mutation. • Réforme de l’ISF, en créant des exonérations dues aux investissements dans la recherche, l’économie productive. Exonération de prise en compte du logement principal (à voir suivant les cas) • Réévaluer la hiérarchie au sein de la TVA.

Bougeons la puissance industrielle • Orienter et adapter notre formation professionnelle (formation par l’alternance). • Déterminer nos secteurs stratégiques d'avenir. • Conforter et soutenir nos champions industriels. Pour cela ne pas hésiter à employer l'ingérence de l'Etat lorsque cela est nécessaire. • Inciter les partenariats public/privé dans la recherche et les rapprochements industriels privés. • Favoriser le partenariat industriel entre pays européens (ex : Airbus). • Accroître l’effort de recherche publique. • Maintenir l'intervention de l'Etat afin de défendre un véritable patriotisme économique. • Intervention de l'Etat au travers de commandes publiques, de programmes d'équipement et lois de programmations civiles et militaires.


Bougeons le logement • Favoriser la construction. • En lieu et place la loi des 20 % de logements sociaux mise en obligation de réserver pour chaque nouvelle construction un % de logements sociaux • Aider l'accès à la propriété logements sociaux ou autres. • Offrir un logement social de qualité. • Incitation à s'installer dans les zones de "recul". • Contrôle et régulation du marché du logement locatif. • Mise en place d'un système de réquisition des logements et locaux vides. • incitation à la construction de logements « écologiques » tant sociaux qu’autres. • Renforcement des contrôles de salubrité et durcissement de la loi.


Bougeons la famille et la santé • Instaurer des bourses d'études automatiques aux familles nombreuses. (familles modestes en particulier). • Faciliter le libre choix des hommes ou femmes qui veulent interrompre ou aménager leur carrière pour s'occuper des enfants ou parents âgés (déductions fiscales sur les sommes engagées). • Instauration d'un salaire parental. • Créer et comptabiliser des points retraites pour celles ou ceux qui élèvent leurs enfants (soit sur salaire parental, soit sur "cotisations en nature"). • Instaurer des dispositifs de retour à l'emploi. • Prévoir des déductions fiscales sur les achats de logements et de véhicules (à compter de 3 enfants ?). • Faire baisser la TVA sur les produits de puéricultures. • Travailler tant avec les collectivités locales qu'avec les structures privées pour la multiplication des modes de garde (collectifs et individuels) . • Renforcer les sanctions pécuniaires ou les TIG en cas de manquement aux devoirs des parents. • Renforcer la législation afin de protéger les parents "isolés" et les femmes enceintes. • Instauration d’une CMU dégressive. • Remboursement aux taux des médicaments génériques lorsque ceux-ci existent. • Réforme du secteur hospitalier. • Etablissement de règles claires au sein de notre système de santé "libéral".

Bougeons l’environnement et l'agriculture • Mise en place d'une TVA préférentielle pour les équipements et appareils de grande consommation économes. • Développement des énergies renouvelables et propres. (Eoliennes, biocarburant, solaire, etc…). • Rééquilibrage du nucléaire en fonction du développement des énergies renouvelables. • Instauration d'un malus/bonus d'impôt sur les véhicules, tant pour les particuliers que pour les professionnels • Incitation aux constructeurs automobile à la recherche et à la commercialisation de VHL "propres" ou hybrides. • Développement du ferroutage et du transport fluvial • Obligation à l'Etat, aux services publics et aux collectivités locales de montrer l'exemple. • Mise en place de la notion de politique d'exception agricole visant à préserver notre indépendance alimentaire et notre modèle agricole. • Encouragements à la mise en place d'une agriculture "durable" par le biais d'un souci de traçabilité, de respect de l'environnement et d'une agriculture résonnée. • Passage d'une aide aux produits à une aide aux producteurs.

Bougeons l’influence extérieure et la défense • Introduire dans la Constitution que la République Française participe à la construction d’un espace francophone de solidarité et de coopération. • Création d'un véritable "pôle" francophone autour de l'axe France/Québec. • Relancer le réseau de l’alliance française et des lycées français à l’étranger. • Affirmer en droit et en fait une priorité très forte aux pays membres de la Francophonie dans l’enveloppe stable de l’aide française au développement • Défendre l'idée d'une Europe Confédérale. • Développer une politique "pan latiniste" avec l’Espagne, l’Italie et le Portugal qui comme nous sont en prise directe avec le continent africain. • Définir une véritable politique méditerranéenne visant à faire retrouver à notre pays une place privilégiée en Syrie, au Liban, en Egypte et dans tout l'arc méditerranéen. • Redéfinir nos alliances mondiales en appliquant la doctrine du non-alignement. • Développer une diplomatie d'entraide en abolissant les systèmes de perfusions et d'assistanats (en Afrique) et développer au contraire les économies locales. Définir ainsi une véritable politique française en Afrique en lieu et place de la « politique africaine » actuelle et passée. • Renforcement du potentiel de projection outre-mer de nos armées. • Participer à l'élaboration d'une défense européenne en dehors de l'OTAN. • Révision de l'emploi des armées face aux nouvelles menaces. • Création d'un service national avec un volet "militaire" de 6 mois ou un volet "civil" de 1 an. • Création d'une Garde Nationale placée sous le commandement de la gendarmerie ou de la Sécurité Civile.

Bougeons la justice • Suppression de la prescription pour les crimes de sang, les viols et les actes pédophiles • Suppression de la peine de sûreté, toute condamnation doit aller à son terme. • Développement des moyens de préventions. • Mise en place de systèmes de sanctions palliatifs pour les "petits" délits. • Veiller à l'égalité des droits mais aussi des devoirs. • Meilleure répartition, territoriale et professionnelle, des forces de l'ordre,, . • Réforme de l’ordonnance de 1945 sur la délinquance des mineurs

Bougeons la société • Lancer le débat sur l'euthanasie. Ce sujet mérite un débat national • Lancer le débat sur la place des personnes âgées dans notre société. • Lancer le débat sur la mise en place du "dividende universel" ou d'une taxe "Tobin" nationale.


Liens Internet

  • [1] :Blog du Mouvement des Jeunes Bonapartistes
  • [2] : Cercle des Jeunes France
  • [3] : Ancien blog de France Bonapartiste (avec des archives)
  • [4] : Facebook de France Bonapartiste
  • [5] :interview de David Saforcada au périodique Marianne
  • [6]: ancien blog de France Bonapartiste
  • [7]: article sur le retour des cendres
  • [8] :autre Facebook de France Bonapartiste
  • [9]: page de site de l’Union du Peuple Français
  • [10]: site de l’Union du Peuple Français
  • [11]: groupe facebook pro bonapartiste
  • [12] : article consacré à France Bonapartiste (La Dépêche
  • [13] :site de Debout La République
  • [14] : site de France Bonapartiste