Rupprecht de Bavière

De SYLMpedia

Rupprecht de Bavière (ou Robert Ier de Bavière )

Blason des Wittelsbach

Fils du Roi Louis III de Bavière et de son épouse, la Princesse Marie-Thérèse de Habsbourg- Modène, né le 18 mai 1869, il fut le dernier prince héritier du Royaume et membre de la famille des Wittelsbach.

Son titre complet fut : Son Altesse royale Robert Marie Léopold Ferdinand, Prince héritier de Bavière, Duc de Bavière, Franconie et en Souabe, Comte palatin du Rhin.

Prince de Bavière

Alors qu'il n'est pas encore Prince héritier, Rupprecht de Bavière est mis dans une école publique, le Maximilian Gymnasium de Schwabing à Munich, cohabitant les enfants bavarois sans autre forme de distinction. Son père souhaitait que le Prince soit le plus proche du peuple afin de comprendre ses problèmes de tous les jours malgré le conservatisme et le traditionalisme ambiant au sein de la famille royale. Étudiant, Rupprecht de Bavière se passionne pour l'Italie et sa période Renaissance. Ramenant autant de statues que de peintures, il se crée une véritable collection d'art privé.

Il aura le privilège en 1911 d'être nommé membre honoraire de l'Académie bavaroise des sciences. . Dans les années 1902-1903, il entreprend un voyage en Asie de l'Est, en profite pour étudier les différents corps d'armées militaires locaux tout en se consacrant à un examen critique des cultures d'Asie orientale.

Le Prince héritier de Bavière

Entre temps, le Prince a lui même parachever son éducation militaire. Lieutenant en 1886 dans le 3e Régiment d'artillerie "Prince Léopold", il reçoit le grade de major le 6 avril 1896 puis colonel le 28 octobre 1899 et reçoit la gestion du 2e régiment d'infanterie "Prince héritier". Le 7 octobre 1900, il est promu au grade de major-général et enfin le 4 Février 1913, nommé colonel-général. C'est un militaire reconnu de ses pairs qui apprécient sa bonne humeur sans protocole et ses talents sur le champ de bataille.

Le Kronprinz de Bavière au front

Lorsqu'éclate la première guerre mondiale , il est nommé le 2 août 1914 au commandement de la 6e armée allemande, déployée sur le front occidental français en Lorraine. Tout au long de la guerre mondiale, il garde entre ses mains le secteur nord du front occidental tout en approuvant les revendications territoriales de sa famille. Alors que le Haut Commandement de l'Armée est déplacé durant l'automne 1914 à Arras,en Nord-Pas-de Calais, il prend part au printemps de 1915, à la bataille de Neuve-Chapelle (dont les combats ont laissé des séquelles encore visibles dans le paysage local et 25000 morts de part et d'autres des protagonistes en présence) et à la deuxième bataille d'Artois où il se distingue en repoussant les forces de l'Entente (régiments franco-britanniques). En Octobre 1915,il est "décoré" du titre honorifique de vainqueur d'Arras et de La Bassée.

Nommé Maréchal le 1er août 1916, il prend à la fin du mois,le commandement du groupe d'armées nouvellement créé "Prince héritier Rupprecht" et occupe rapidement les régions de Picardie, Artois et Flandre. Il tiendra ses positions jusqu'à la fin de la guerre notamment à Amiens et Arras. Lorsque la révolution éclate à Munich, il rentre précipitamment et démissionne de son commandement le 11 novembre 1918. Il est alors à Bruxelles sous un faux nom, "Alfred Landsberg". Il rejoint difficilement la famille royale.

Projet d'un nouveau Reich

Durant le printemps 1915, le Prince Rupprecht envoie une lettre au Gouverneur-Général allemand en Belgique et lui fait part de son projet de création d'un nouveau Reich auquel la Bavière aurait un rang égal à celui de la Prusse. Envisageant une association économique et militaire entre la Belgique, les Pays-Bas, les régions Nord de la France et le Luxembourg, ces états seraient de facto annexés dans le nouveau Reich après la victoire totale de l'Allemagne. La Prusse obtiendrait également les régions nord de la France, la Wallonie,les villes de Namur et Liège, une partie de la Hollande sous son giron. L'Alsace-Lorraine reviendrait à la Bavière et un accès à la mer via la Belgique (Port d'Anvers).

Rupprecht de Bavière

La Maison royale des Wittelsbach ne cachait pas sa volonté de réduire l'hégémonie des Hohenzollern en formant avec les Pays-Bas, un triumvirat politique.

Le projet fut en discussion entre le Kaiser et le roi Louis III mais n'aboutit pas.

Retour du Prince en politique

Son nom est évoqué lors du traité de Versailles. Les Alliés voudront en vain le traduire devant un tribunal de guerre pour les atrocités commises sous son commandement (1920). Il garde un regard amer de la fin de la monarchie bavaroise et son animosité va se transformer peu à peu en antisémtisme notoire notamment vis à vis de Kurt Eisner, responsable de la chute du régime monarchique (mémorandum de 1923) . Le mouvement monarchiste Bayerische Volkspartei (BVP) lance également dans les années 1920 une campagne anti-juive. En novembre 1931, il publie un manifeste se positionnant comme l'héritier de son père dont certains monarchistes avaient tenté de le convaincre de s'emparer du pouvoir lors des funérailles de Louis III en 1921.

Le gouvernement bavarois est alors monarchiste et par l'adoption d'une loi le 9 mars 1923, restitue toutes leurs propriétés à la famille royale (création par le Prince de la Wittelsbacher Ausgleichfond). Une campagne en faveur de la monarchie et du Prince est alors lancée par le BVP dans tout l'état.

Opposition au nazisme et tentative de restauration de la monarchie

Lors de l'Hiver 1932/1933, le Ministre-président Heinrich Held et le BVP entre en négociations avec les sociaux démocrates du SPD afin de nommer un gouvernement d'urgence en cas de prise du pouvoir par les nazis. Le Prince Rupprecht est alors sondé via son conseiller personnel, le Baron Erwein von Aretin, pour devenir Commissaire général de l'état en vertu de l'article 64 de la constitution bavaroise. Le Prince Rupprecht est connu pour ses positions anti nazies (il a refusé de soutenir le putsch de la Brasserie estimant qu'il devait être Roi de tous les bavarois et non pas d'un seul parti politique) mais tergiverse sur la position à tenir. Passant ses vacances en 1933 à Schloss Berchtesgaden, il fera tout pour éviter de rencontrer le chancelier allemand, ignorant ses invitations.

Le BVP en 1919

Lorsque le moment de prendre le pouvoir arrive le 21 février 1933, il est déjà trop tard et Heinrich Held décide au dernier moment de retirer le communiqué qui annonçait aux Bavarois et aux allemands, la prise de pouvoir par le Prince. Les monarchistes bavarois deviennent des cibles immédiates pour le gouvernement d'Adolf Hitler qui dissout le gouvernement bavarois le 9 mars 1933. Le Prince proteste officiellement auprès du Président-Maréchal de la république , Paul Hindenburg, en vain. Même l'ancien Kaiser Guillaume II reçoit un courrier du prince lui demandant d'intervenir dans ce litige l'opposant au gouvernement fédéral.

Au début de la Seconde guerre mondiale, le Prince prend contact avec les groupes de résistances et d'opposition au nazisme et envoie ses enfants continuer leur scolarité en Belgique avant de finalement les reprendre en septembre 1939 à Munich. La situation se complique dès lors pour la famille royale. La police secrète allemande (Gestapo) confisque le Palais Wittelsbach et en fait son siège. Refusant sa demande de passeport afin qu'il aille célébrer l'anniversaire du Roi Victor-Emmananuel III de Savoie, les autorités allemandes finissent par le lui faire, pensant que le Prince, une fois en Italie, ne sera plus une menace pour le régime nazi. Le Prince se réfugie donc à Florence (Italie) le 31 décembre 1939 (ses enfants ne pourront le rejoindre qu'en février 1940) et tente de négocier avec les Alliés (les nazis interceptent en 1943 une lettre en ce sens), la reconnaissance d'un état fédéral avec le retour de la monarchie.

En Juin 1944, sa présence en Italie est autant dénoncée par les anglais (qui le surnomme "l'allemand" ) que le Prince héritier d'Italie Humbert II de Savoie, objet de violentes attaques de la part des républicains italiens. L'occupation de Florence par les anglais le même mis, permet au Prince héritier Rupprecht de rencontrer le 26 août le Major-Général (américain) Edgar Erskine Hume dont les ancêtres écossais furent le prétexte à un stuartisme latent de la part du Gouverneur-militaire de Toscane. C'est d'ailleurs cet officier qui conduira personnellement le Prince à une audience à Rome auprès du Pape.

Un Prince retraité

Lors de l'invasion de la Hongrie par les troupes nazies en octobre 1944 les nazis arrêtent son épouse et ses enfants, envoyés en camp de concentration d'abord à Dachau, puis à Flossenbürg (suite à l'avancée des armées soviétiques). Ils sont libérés par des militaires français en avril 1945 et réunis au Prince et le reste de sa famille deux semaines plus tard au Luxembourg.

A la Libération, le mouvement monarchiste est interdit, Rupprecht de bavière décide de se consacrer à sa collection d'Art et vend au gouvernement bavarois le Palais de Leuchtenberg, endommagé par les bombes. La famille royale s'installe par la suite au Schloss Leutstetten. Au début des années 1950, le parlement bavarois étudia de nouveau la possibilité de nommer Ministre-Président son fils aîné. 60 à 70% des députés élus sous divers étiquettes se revendiquaient monarchistes (septembre 1954).

Lors de son décès le 2 août 1955, le gouvernement bavarois lui organisera un enterrement national.Il est enterré à la crypte de Theatinerkirche à Munich.

Descendance de Rupprecht de Bavière

Marie Gabrielle en Bavière et 3 de ses enfants

Rupprecht épouse le 10 juillet 1900 la Duchesse Marie Gabrielle en Bavière (1878-1912), fille du Duc Charles-Théodore en Bavière (ophtalmologiste connu) et nièce de l'impératrice Élisabeth d'Autriche dite « Sissi » et sœur de la Reine Élisabeth des Belges. Un mariage célébré avec fastes et dont l'Empereur Guillaume II d'Allemagne enverra pour représentant, son fils Joachim de Prusse.

Ils auront ensemble :

  • Luitpold de Bavière (8 mai 1901 - 27 août 1914), mort de la poliomyélite.
  • Irmingard de Bavière (21 septembre 1902 - 21 avril 1903), morte de la diphtérie.
  • Albert de Bavière (3 mai 1905 - 8 juillet 1996),sans postérité.
  • X (Mort-née le 6 décembre 1906).
  • Rodolphe de Bavière (30 mai 1909 - 26 juin 1912), mort du diabète sucré.

Marie Gabrielle en Bavière était une passionnée de sciences et de voyage comme celui au Japon qu'elle relatera dans son journal en 1903 avec beaucoup de détails.

Au décès de son épouse d'une maladie rénale, il rencontre et épouse en 1921 la Princesse Antonia de Luxembourg (1899-1954), fille du grand-duc Guillaume IV de Luxembourg.Mariage qui sera également prolifique. Noces célébrées par le futur Pape Pie XII.

Ils s'installeront avec leurs enfants au Palais de Leuchtenberg

Le prince héritier Rupprecht de Bavière et la princesse Antonia de Luxembourg le jour de leur mariage ( 7 avril 1921)
  • Henri de Bavière (1922-1958), sans postérité et d'un accident de voiture.
  • Irmingard de Bavière (1923-2010), en 1950 elle épousa le prince Louis de Bavière (1913-2008) dont postérité (Prince Luitpold de bavière né en 1951 et deux enfants morts né en 1953 et 1954)
  • Edith de Bavière (1924-2013)
  • Hilda de Bavière (1926-2002)
  • Gabrielle de Bavière (1927)
  • Sophie de Bavière (1935), dont postérité.

Malgré la neutralité du Grand -Duché lors de la Première guerre mondiale, la Princesse Antonia de Luxembourg refusa de céder aux pressions de certains membres de la court luxembourgeoise qui lui demandait de rompre son engagement avec le Prince héritier de Bavière, craignant que le grand-Duché ne fut suspecté de germanophilie. La Princesse partagera les points de vus de son époux sur le nazisme et lors de la Seconde Guerre mondiale, elle est condamnée à l'exil en 1939 en Italie puis en Hongrie. La Princesse royale de Bavière fut arrêtée avec le fils aîné de son mari en octobre 1944 (ainsi que sa fille Irmingard de Bavière) et déportée au camp de concentration de Dachau, puis de Flossenbürg où elle subit d'atroces tortures. Libérée avec les autres prisonnières par les armées alliées en avril 1945,elle ne se remit jamais des sévices subis. Elle mourut prématurément des conséquences de ses blessures à 55 ans, laissant veuf pour la deuxième fois le Prince Rupprecht..

Prétendant à la couronne du Royaume-Uni

Par un jeu complexe généalogique, le Prince Rupprecht de Bavière devient un des possibles prétendants catholiques à la Couronne britannique et d'Ecosse.

Héritier des Stuarts, sas partisans (les Jacobites) le reconnurent de ce fait, après la mort de sa mère Marie-Thérèse le 3 février 1919 et le désignèrent par son nom de règne Robert Ier (ou IV), roi d'Angleterre, d'Irlande, de France et d'Écosse. Mais le Prince Rupprecht n'a jamais prétendu à ces titres et à transmis son héritage à son fils, Albert de Bavière.

Rupprecht de Bavière visitera plusieurs fois le Royaume-uni (1897, 1910, 1911, 1931 et 1934).

Pour l'anecdote, le précepteur du Prince à l'âge de 7 ans fut l'anglo-baravois Freiherr Rolf Kreusser connu pour son attachement au Jacobitisme

Le titre de "Duc de Cornwall et Rothesay" lui fut également donné par ses partisans.

Liens internes

Liens externes

  • [1] : Histoire de la Bavière ( 1918 à 1967)
  • [2] : Le Prince sur le front (Angl.)
  • [3] : La famille royale de Bavière et les nazis (Angl.)
  • [4]: Succession jacobite (Angl.)
  • [5]: Vidéo du Prince Rupprecht.
  • [6] : Biographie du Prince Rupprercht (All.)