Manchukuo Temporary Government

De SYLMpedia

Manchukuo Temporary Governement (滿洲國臨時政府 en mandarin : Mǎnzhōuguó Línshí Zhèngfǔ en japonais : Manshūkoku Rinji Seifu) )

Fondé en 2004, le Manchukuo Temporary Governement ( ou Gouvernement Provisoire du Mandchoukouo- MTG) prône le retour de la monarchie au sein d’une Mandchourie indépendante séparée de la Chine.

Le Mandchoukouo

Pu Yi

Etat fondé en 1931 après l’invasion de la Mandchourie par les Japonais, ces derniers placent à sa tête l’ancien Empereur de Chine (1908- 1912 et 1917), Henry Aisin Gioro Pu Yi. Devenu l’Empereur (fantoche) Kang Teh en 1932, l’état du Mandchoukouo fut reconnu par plusieurs états d’Amérique du Sud, le Vatican et d’Europe (essentiellement par des gouvernements pro allemands). L’état du Mandchoukouo fut renversé en Août 1945, lors de la défaite des Japonais.

Le Manchukuo Temporary Governement

Bien qu’il soit organisé en « gouvernement » (Premier Ministre Cheung Siu Bong puis le 25 août 2011 Jason Adam Tonis), les membres du MTG ne sont pas connus publiquement. Le MTG ne reconnaît pas le régime communiste de la Chine et appelle à son renversement. Par deux fois, il a organisé l'élection d'un empereur mais les candidats choisis ("Aisin Gioro Xiaojie", un étudiant de Hong Kong qui finit par disparaître sans donner de nouvelles en 2010, et "Aisin Gioro Chongji") se révélèrent n'avoir aucun lien généalogique avec les représentants actuels de la Maison impériale de Chine

Partisans de la monarchie mandchou

En 2006, le mouvement a adopté le principe d’une monarchie constitutionnelle en cas de restauration. Il a ouvert divers «ambassades» en Italie, Taïwan, Brésil, États-Unis et Brésil. Ses partisans se trouvent parmi la diaspora chinoise en exil. Il utilise les emblèmes, la monnaie et l'hymne national de l'état du Mandchoukouo malgré que ceux ci ne soient pas reconnus.

En 2008, il avait apporté son soutien aux Tibétains et avait appelé au boycott des Jeux Olympiques organisée à Pékin la même année.

manifestation de Pro mandchous aux États- Unis

En avril 2011, le M.T.G. a fusionné avec l'Imperial Qing Restoration Organization, autre mouvement monarchiste chinois dont le représentant ( Lee Chee Chuan) a été nommé comme prétendant au trône de Chine.

En mai 2011, un chroniqueur de NOWnews a surnommé l'organisation, dans le cadre d'une vague de protestations contre l'indépendance de Taïwan, la « honte du peuple du nord-est de la Chine »

Le 5 février 2013, Mr. Dokuritsu Hasegawa a été nommé Président du Manchukuo Temporary Government accentuant encore plus les rumeurs d'une main mise japonaise sur ce mouvement et une représentation officielle a été ouverte au Japon (septembre 2013).

Le Manchukuo Temporary Governement est membre de la Conférence monarchiste internationale

Controverse

Le Manchukuo Temporary Governement a été accusé à diverses reprises d’être piloté par des groupes d’extrême droite japonaise qui organisent fréquemment des manifestations de soutien pour un Mandchoukouo indépendant. Son site officiel affiche d'ailleurs un soutien aux cérémonies organisées au temple Yasukuni (monument aux morts national des combattants japonais) .

manifestation de Pro mandchous au Japon

En 2009, le mouvement s'invita curieusement dans l'élection présidentielle de Taïwan où il fut accusé une nouvelle fois d'être un mouvement crée afin de récolter de l'argent pour les nationalistes chinois du Kuomintang.

Filmographie

Le Dernier Empereur (The Last Emperor) réalisé par Bernardo Bertolucci (1987, César du meilleur film étranger en 1988

Liens externes

  • [1] : Site officiel du Manchukuo Temporary Governement (Angl.)
  • [2] : Groupe Facebook du Manchukuo Temporary Governement
  • [3] : Site du Manchukuo Temporary Governement (Chin.)
  • [4] : Site officiel de l'Imperial Qing Restoration Organization (Angl.)
  • [5] : Vidéo You tube avec des photos du dernier Empereur de Chine
  • [6]: Vidéo You tube sur le Mandchoukouo
  • [7] : Vidéo You tube sur le Mandchoukouo (Angl.)
  • [8] : Hymne national du Mandchoukouo
  • [9] : Vidéo daylimotion sur Pu Yi ( Partie 1) (Fr.) Édition Arté