Louis XX

De SYLMpedia

Louis XX-Alphonse de Bourbon

Armoiries de la Maison royale de France

Louis Alphonse de Bourbon, Duc d’Anjou dit Louis XX est l’actuel prétendant légitimiste au trône de France depuis le 30 janvier 1989.

Une enfance de Prince

Né à Madrid le 25 avril 1974 d’Alphonse II de Bourbon et de Carmen Martínez-Bordiú y Franco , il est déclaré à l’état civil espagnol sous le nom de Son Altesse Royale Don Luis Alfonso (Louis-Alphonse) Gonzalo Víctor Manuel Marco (Gonzalve Victor Emmanuel Marc) de Borbón y Martínez-Bordiú. Son Acte de naissance porte le n°4191.

Fils cadet du prétendant à la couronne de France Alphonse II, il est également par sa mère l’arrière- petit-fils du Généralissime Francisco Franco, dictateur de l’Espagne. Baptisé le 3 mai 1974 au Palais royal du Prado, il est titré en 1981 Duc de Touraine par son père avec en tant que membre de la famille royale, prédicat d’altesse royale.

Naissance de Louis-Alphonse de Bourbon

En 1979, ses parents se séparent et Louis-Alphonse part vivre à Paris avec sa mère et son jeune frère.

Dauphin de France

L’enfance du jeune prince est marqué par un drame familial. Le 7 février 1984, Alphonse II est victime d’un accident de la route et le Prince François d’Assise de Bourbon (né le 22 novembre 1972, Duc de Bretagne), frère de Louis- Alphonse, décède des suites de cet accident. La mort tragique de son frère aîné place désormais Louis –Alphonse comme futur Dauphin de France. C’est une tragédie pour Louis-Alphonse de Bourbon, très proche de son frère aîné dans les jeux sportifs comme dans la vie de tous les jours.

Dans son ouvrage consacré au duc d’Anjou, José Apezarena relate cette grande proximité : « Les deux frères étaient très unis, compagnons de jeux et d’école. Ils avaient des passions et des goûts proches, faisaient du ski ensemble, pratiquaient le hockey sur glace, le judo, la seule passion qu’ils ne partageaient pas était le golf, un sport qui ennuyait Luis Alfonso » . Cette camaraderie se prolongeait y compris à l’école. « Le grand frère collaborait avec le petit pour leurs devoirs ».

Louis -Alphonse et Alphonse II

Louis –Alphonse de Bourbon continue ses études au Lycée français de Madrid avant de poursuivre des études universitaires en sciences économiques et financières et d’obtenir un master en finances au Colegio universitario de estudios financieros (CUNEF) à Madrid. Après avoir intégré 3 ans la banque BNP Paribas de Madrid, il rejoindra finalement la banque occidentale de Descuento (Vénézuela) comme vice-président international.

La commémoration du millénaire capétien

Louis -Alphonse et Alphonse II

En 1987, en pleine festivités du millénaire capétien, le jeune prince est présenté aux partisans de son père Alphonse II. Le soutien apporté par le Président de la République Française François Mitterrand au le Comte de Paris, Henri VI d'Orléans a déçu une partie des royalistes français qui se sont tournés vers le Duc de Cadix et d’Anjou. La mouvance royaliste légitimiste vient d’amorcer son retour sur la scène politique française monarchiste (dont la majorité est composée de catholiques fervents).

Roi de Jure de France

Devenu roi le 30 janvier 1989 après le décès accidentel de son père, Louis Alphonse de Bourbon est devenu pour les légitimistes français Roi de jure de France sous le nom de Louis XX, Duc d’Anjou (titre toujours conteste par les Bourbon-Orléans) ou Louis II pour une petite fraction carliste espagnole (très minoritaire). Lors des obsèques officielles, entouré du Roi d'Espagne qui lui rappellera que ""les Bourbons et les Francs ne pleurent pas", Louis-Alphonse âgé de 15 ans montre un visage ferme malgré la tristesse affichée de la Reine d'Espagne.

Peu préparé à son rôle de prétendant et afin de continuer ses études, il va laisser sa grand-mère Emmanuelle de Dampierre (1913-2012), le Duc de Bauffremont et son oncle Gonzalve de Bourbon (1937-2000), Duc d’Aquitaine les commandes du mouvement légitimiste.

Louis-Alphonse en 1989, lors des funérailles de son père avec la Reine Sophia d'Espagne

En janvier 1993, il est accueilli par ses partisans à Paris lors du bicentenaire de la commémoration de la mort de Louis XVI. Le duc d’Anjou effectuera quelques visites en France (1995, 1996, 1998, 1999, 2000 à 2013) et assistera aux obsèques du Comte de Paris le 27 juin 1999, où il s’entretiendra avec Henri VII d’Orléans.

Depuis le 16 Juin 1994, le Duc d’Anjou est membre de la société des Cincinnati de France, où il représente Louis XVI qui par son aide militaire avait permis l' indépendance des Etats- Unis d' Amérique.

Bien que souhaitant effectuer son service militaire en France, et face au refus des autorités françaises, Louis XX, comme avant lui son Père, Alphonse II, intégrera finalement l’Armée de l’Air le 14 décembre 1998, sur la base d’hélicoptères d’Armilla, près de Grenade, où il suit une formation militaire (il avait émis le vœux de compléter sa formation par un passage à la Marine française)

Le 29 Mars 2000 dans une requête présentée devant le Tribunal de Grande Instance de Paris afin de prendre comme patronyme celui de Bourbon et abandonner celui d' Orléans, Henri VII d’Orléans intente un nouveau procès au Duc d’Anjou après celui de 1988 (où la justice française avait débouté Henri d'Orléans en sa demande d'interdire le port des armes pleines de France à Alphonse de Bourbon). Le tribunal de Grande Instance émet un refus qui sera confirmé le 1er Février 2001 par un arrêt de la 1ere Chambre de la cour d'appel de Paris, arrêt de nouveau entériné le 20 Septembre 2003 par la Cour de cassation.

Des rumeurs prêteront une candidature du Duc d’Anjou à l’élection présidentielle mais lors d’un entretien accordé à une chaîne de télévision française (7 mars 2000), il démentira cette rumeur.

En décembre 2002, Louis Alphonse de Bourbon demande officiellement que la République de Slovénie restitue le corps de Charles X de Bourbon. Le 8 juin 2003, il participe aux commémorations d’inhumation du cœur présumé de Louis XVII devant un parterre de 1500 monarchistes rassemblés pour l’occasion.

En 2004, sa titulature de "Duc d'Anjou" lui est contesté par Charles-Philippe d'Orléans qui la reçoit le 8 décembre 2004 des mains du Comte de Paris. La Princesse Emmanuelle de Dampierre émettra un communiqué officiel de protestation le 21 janvier 2005.

En 2005 lors du 299ième anniversaire de la dédicace des Invalides, 600 légitimistes se rassembleront pour accueillir le Duc d'Anjou.

En Novembre 2008, Louis XX et son épouse sont reçus officiellement par le Pape Benoit XVI au Vatican

Le 8 novembre 2010, le Duc d’Anjou décide de se séparer de L’Institut de la Maison de Bourbon (créé en 1973 et dirigée par le Jacques de Bauffremont-Courtenay, puis depuis 2009 par son fils Charles-Emmanuel) et fonde l’Institut du Duc d’Anjou qui devient officiellement son porte-parole. Il est néanmoins soutenu par des associations comme Présence du Souvenir Bourbonien ou l’Union des cercles légitimistes de France .. Le mouvement légitimiste reste néanmoins encore minoritaire au sein du royalisme français.

Rencontre entre Louis XX et Jean d'Orléans

En 2010, le Duc d’Anjou annonce que la tête perdue d’Henri IV a été retrouvée et réclame après son authentification par une analyse ADN qu’elle soit remise officiellement dans la cathédrale de Saint Denis (2011). Après plusieurs passages dans les médias français (il a contribué à financé les expertistes), l’authentification de la tête d’Henri IV a été remise en cause par l’historien Philippe Delorme. L’héritage royal s’est alors transformé en querelle partisane entre légitimistes et orléanistes. Pourtant lors des commémorations du 400ieme anniversaire de l’assassinat d’Henri IV de Bourbon, on avait vu le Duc d’Anjou aux côtés du Duc de Vendôme Jean d’Orléans. Une cérémonie de réinhumation de la tête du roi Henri IV dans la nécropole royale de la Basilique Saint-Denis avait été prévue pour mai 2012 avec un hommage national par le Président Nicolas sarkozy mais avec sa défaite à l'élection présidentielle la même année, la cérémonie a été reportée puis annulée par son successeur.

En 2011, il a participé à l’anniversaire des 800 ans de la Cathédrale de Reims, invité par la Mairie de Paris.

Le Duc d'Anjou et la politique française

Jusqu'ici, le Duc d'Anjou s'était contenté de tenir un rôle purement culturel en participant à des inaugurations dans les villes de France mais lors des dernières élections présidentielles de 2012, comme son père avant lui, Louis XX a appelé ses partisans à l'abstention, surprenant ses partisans qui lui reprochaient "son peu de goût à la politique".

Affiche légitimiste

Le 8 janvier 2013, il entre dans le débat politique français en s'exprimant publiquement contre le projet de loi introduisant le mariage homosexuel en France et apporte son soutien au mouvement issu de la contestation de cette loi. Dans une interview accordée au Mouvement Catholique des Familles (MCF) en décembre 2013, il réaffirme son attachement à la famille traditionnelle telle qu’elle est connue actuellement et depuis des siècles.

Cet entretien a créé quelques dissensions au sein des réseaux sociaux légitimistes divisés entre modernistes et traditionalistes catholiques.

Le 19 janvier 2013, à l'occasion du 220ième anniversaire de la mort de Louis XVI, Louis XX et la Princesse Marie-Marguerite étaient présents dans la cathédrale Saint Louis de Versailles.

Prévu à l’origine de sortir en novembre 2013, le Duc d’Anjou n'a finalement pas sorti un livre intitulé « Un Roi pour la France ? » où il devait y détailler son programme pour la France, sur les plans politiques, sociaux et économiques. De nouvelles rumeurs plus ou moins persistantes évoquèrent de son entrée sur la scène politique française.

La querelle qui oppose légitimistes et orléanistes se poursuit toujours puisque les partisans du Comte de Paris invoquent le traité d’Utrecht de 1713 comme acte de renonciation de Philippe V d’Espagne, Duc d’Anjou dont descend Louis XX.. Les légitimistes maintiennent quant à eux que, selon les lois fondamentales du royaume, la couronne est indisponible et de facto aucun traité ne peut donc interférer sur l’ordre de succession royale de France.

Le Duc d’Anjou a de nombreuses reprise défendu la mémoire de son grand- père, le Généralissime Francisco Bahamonde y Franco.

Il n'existe aucun mouvement politique légitimiste. Nombre de légitimistes ont reporté par défauts leurs voix sur des partis républicains de droite ou d'extrême-droite. Certains ont rejoint l'Alliance royale.

Le 25 janvier 2014, au terme d'une cérémonie d'hommage au roi Louis XVI, tenue en la chapelle expiatoire, il prononce un discours où il déclare son soutien au projet de loi restreignant le droit à l'avortement en Espagne, qu'il salue comme un changement législatif majeur. Le 25 avril 2014, le Duc d'Anjou a participé aux commémorations du 800ième anniversaire de naissance de Saint Louis à Poissy. Bénéficiant d'une large couverture médiatique, le Prince a rappelé qu'il était prêt à servir son pays. Une prétention au trône de France qu'il a rappelé lors d'un entretien au journal, "le Télégramme de Brest" lors de sa visite dans le Morbihan du 29 au 31 mai 2015, provoquant l'agacement du Parti communiste français qui a critiqué cette visite. lors de cette visite , il a rendu hommage aux combattants chouans à Brec'h.

Le Duc d'Anjou et sa famille

Louis XX et Marie-Marguerite Vargas Santaella

II épouse, lors d’une cérémonie civile le 5 novembre 2004 à Caracas (Vénézuela), Marie-Marguerite Vargas Santaella dont le père est le dirigeant de la banque occidentale de Descuento et enfin religieusement dans la République dominicaine en en l’église Saint-Stanislas de Cracovie du village de Altos de Chavon. La famille royale d’Espagne, qui lui interdit de porter le titre de Duc de Cadix, n’assistera pas au mariage. La presse people retiendra surtout que lors de son mariage, le prince portait l’uniforme de bailli grand-croix de dévotion de l’ordre de Malte et le cordon et la plaque de l’ordre du Saint-Esprit, dont il est le « 19e souverain grand-maître » (l’ordre du Saint-Esprit a été supprimé en France en 1830, mais cette suppression par le roi des Français Louis-Philippe n’est pas reconnue par les légitimistes).

Après avoir vécu à Caracas, le coupe royal s’est installés à New York (Etats Unis) puis de nouveau actuellement à Madrid depuis 2013. De cette union sont nés :

Louis XX et sa famille
  • Princesse Eugénie de Bourbon (5 mars 2007 à Miami, États-Unis), « fille de France »
  • Prince Louis de Bourbon (28 mai 2010 à New York, États-Unis), « Dauphin de France », titré « duc de Bourgogne » et Dauphin de France
  • Prince Alphonse de Bourbon (28 mai 2010 à New York, États-Unis), « fils de France », son frère jumeau, titré « duc de Berry

Parlant plusieurs langues, il excelle dans diverses pratiques sportives tel que l’équitation, le hockey sur glace ou la course (Le 10 Avril 2011, il participa au Marathon de Paris qu' il court en 3 heures 18 minutes) et le polo entre autres.

Depuis cet événement, couvert par les médias hispaniques ou la "presse people" française, Marie-Marguerite, son époux et leurs enfants font de temps à autre l’objet d’articles relatifs à leur vie familiale.

Nationalité

La nationalité du prince est un argument de contestation avancé par les partisans du Comte de Paris . Né en Espagne de parents espagnols, il lui a été souvent reproché de ne pas être français et de ne pouvoir prétendre de facto à la couronne de France.

Déclaré à l’état civil comme Son Altesse Royale don Luis Alfonso de Borbón y Martínez-Bordiú , il a perdu son prédicat d’Altesse Royale en 1987 lorsque le Roi d’Espagne a décide de ne plus lui reconnaître son titre attribué à son père sous la dictature franquiste (1972). Son acte de naissance espagnol a été traduit en français le 16 mars 1994. Il a également reçu une carte nationale d’identité française délivré par la République française.

Néanmoins, le Duc d’Anjou est bien français de naissance également puisque de par son père, Alphonse II, lui-même français par sa mère Emmanuelle de Dampierre.

Citations

  • Louis de Bourbon, Duc d'Anjou, allocution du 21 janvier 2008: « Notre chance n'est-elle pas de posséder une tradition vieille de mille cinq cents ans sur laquelle notre pays est construit ? Tradition qui s'incarne dans une famille dont j'assume actuellement les devoirs.Aucun de nous ne sait ce que sera demain, mais nous savons, en revanche, tous que cet avenir sera ce que nous en ferons, sans place à la fatalité. Il est ce que notre volonté voudra qu'il soit. Tel était aussi bien le message de Louis XVI qui, en dernier ressort, s'en est remis à la France dont il souhaitait qu'elle retrouve le sens de ses valeurs et de sa tradition.En ce début d'année, la Princesse Marguerite, notre fille la Princesse Eugénie, et moi-même, nous vous assurons de tous nos souhaits pour notre Pays, pour vos familles et pour tous les Français éprouvés en grand nombre par les temps instables que nous traversons. Que tous les Saints de France, que Saint-Louis, continuent à protéger la France afin qu'elle demeure la grande et puissante nation édifiée par la sagesse et la patience des Capétiens. »
  • Louis de Bourbon, Duc d'Anjou , le 18 janvier 2009 : « Je tiens à remercier toutes celles et tous ceux qui aujourd'hui sont nourris par une vision d'avenir, celle-là même qui a déjà bâti la France millénaire, et je leur dis d'avoir confiance.La France et le monde vivent en ce moment des temps difficiles où les fausses certitudes d'hier dont remises en causes, où tout chancelle faute de socle solide. Notre premier devoir est un devoir de mémoire et de fidélité aux valeurs et aux principes incarnés par la royauté française. Aucun de nous ne peut connaître de quoi sera fait demain, en revanche, chacun peut aider par son attitude personnelle et familiale, sa démarche professionnelle, mais aussi sa prière à construire notre avenir commun. La France a élevé en son sein de grandes figures que l'Eglise a fait accéder à la sainteté et en particulier Saint-Louis. Prions-les pour notre avenir, pour celui de la France ! ».
Louis XX de France
  • Louis de Bourbon, Duc d'Anjou, juin 2010 : "Je vois une monarchie constitutionnelle à l’espagnole, avec un roi qui fait office d’autorité morale, d’ambassadeur de son pays à l’étranger, garant de l’unité du pays, rappel de l’Histoire."
  • Louis de Bourbon, Duc d'Anjou, juillet 2010 : « J'assume d'être le successeur des rois et donc d'être au service de la France et des Français. La Monarchie, c'est un vrai système de gouvernement. Le roi est une sorte d'arbitre garant de l'union de la nation et par là même de la démocratie et de la pérennité d'un pays. Le roi doit transmettre un pays le mieux possible à son fils à qui la tâche incombera ensuite. C'est un système étonnamment très moderne et qui d'ailleurs fonctionne dans de nombreux pays en particulier en Europe. Je suis intimement persuadé qu'il manque cette stabilité à la France. La représentation nationale est une partie du dispositif, mais comme pour le rugby, les capitaines des équipes ne suffisent pas. Il faut un arbitre au-dessus de la mêlée. »
  • Louis de Bourbon, Duc d'Anjou, le 31 mars 2011 : « Si les français m'appellent, je ne me déroberai pas. »
  • Louis de Bourbon, Duc d'Anjou, le 25 mai 2015 : «On ne peut être le descendant direct d’une dynastie dont la destinée se confond avec l’Histoire de France sans se sentir investi d’une mission. La première est, bien évidemment, celle du souvenir et de la mémoire dont il faut toujours témoigner. Mais il me semble que par rapport aux souverains passés, j’ai aussi le devoir de montrer que leur œuvre se poursuit et que les principes qui ont fait que ce régime a tenu 800 ans, ont toujours leur place : la justice, le respect du droit naturel, l’harmonie sociale…»


Récapitulatifs des publications passées et présentes légitimistes

  • La Gazette royale. Organe de l'UCLF, fondée en 1984 (1957-1962)
  • La Blanche Hermine, organe de la Fédération bretonne légitimiste (FBL), fondée en 1987
  • Le Lien légitimiste, fondé par Gérard de Villèle
  • Bulletin d'information du Conseil de Mgr le duc d'Anjou (1972-1975)
  • Les Chartriers de la légitimité (1955-1958)
  • Contre-révolution (1977-1979)
  • Le Drapeau Blanc (1913, 1936-1937, 1970-1973)
  • Feuille d'information Légitimiste (1984-2002)
  • L'Information monarchique (1962-1965).
  • Vexilla Galliae (média internet)

Lien interne

Liens externes

  • [1] : Portrait du Duc de Bretagne.
  • [2] : Blog favorable au Duc d’Anjou
  • [3] : Présence du Souvenir Bourbonien
  • [4] : Blog monarchiste légitimiste
  • [5] : Site favorable au Duc d’Anjou
  • [6] : Article du Point (2011) lors des 800 ans de la cathédrale de Reims .
  • [7] : Site de Démocratie Royale
  • [8] : Site de l’Institut de la Maison de France
  • [9] : Article paru à la mort d'Alphonse II en 1989 dans Paris Match
  • [10] : Blog légitimiste du Trône et de l’Autel
  • [11] : Groupe facebook légitimiste ( libéral )
  • [12] : Groupe facebook légitimite ( conservateur)
  • [13] : Site légitimiste Vive le roy
  • [14] : site légitimiste
  • [15] : Site de l’Union des Cercles Légitimistes de France
  • [16] : Site légitimiste
  • [17] : Site légitimiste
  • [18] : Cérémonie prévue pour Henri IV
  • [19] : Blog favorable à Louis XX
  • [20]: Article du Figaro sur la tête d'Henri IV (2010)
  • [21] : Blog légitimiste réclamant le retour de la tête d'Henri IV dans la basilique Saint Denis
  • [22] : Polémique sur l'authenticité de la tête d'Henri IV
  • [23] : Entrée en politique de Louis XX
  • [24] : Groupe facebook du Duc d'Anjou
  • [25] : Aricle du Site royauté annonçant la création de l'Institut Duc d'Anjou
  • [26] :Blog de Lys Ardent
  • [27] Blog légitimiste
  • [28]: Déclaration du Duc d'Anjou sur le Mariage pour tous (8/01/2013)
  • [29] : Manifeste du Duc d'Anjou au sujet du Mariage pour tous
  • [30]: Communiqué d'Emmanuelle de Dampierre (2005)
  • [31] : Entretien du Duc d'Anjou avec MC Familles
  • [32] Article de Paris Match sur le Prince Louis-Alphonse
  • [33] : Histoire du légitimisme via le site Vive le roy
  • [34] : le legitimisme aujourd’hui via le site Vive le ro
  • [35] : Blog légitimiste.
  • [36] : Site de vexilla galliae
  • [37]: Site légitimiste
  • [38] : Les légitimistes
  • [39]: Le légitimisme (Wikipedia)
  • [40] : Entretien ddu Duc d'Anjou (Figaro 24/04/2014)
  • [41] : Visite du prince dans le Morbihan (2015)
  • [42] : Interview du prince dans le Morbihan (2015)

Vidéos du Duc d'Anjou

  • [43]: Entretien du Duc d'Anjou sur la découverte de la tête d'Henri IV
  • [44]: Entretien du Duc d'Anjou sur Europe 1 pour la rénovation de la Basilique Saint Denis.
  • [45]: Vidéo légitimiste en faveur de Louis XX
  • [46]: Reportage sur le Duc d'Anjou et les 800 ans de Reims (France 2)
  • [47]: Allocution du Duc d'Anjou à Reims le 15 ami 2011
  • [48] : Thierry Ardisson et Louis XX
  • [49] : Vidéo royaliste légitimiste

Bibliographies

  • Thierry Ardisson. Louis XX. Contre-enquête sur la monarchie., Olivier Orban, 1986
  • Daniel de Montplaisir, Louis XX. Petit-fils du Roi Soleil, éditions Jacob-Duvernet, 2011