Le coup d’état d’avril 1941

De SYLMpedia

Le coup d’état d’avril 1941

Le Premier ministre Rashid Ali Al Gaylani

En mars 1940, le Premier ministre Nouri Al Saïd a du troquer sa place de chef du gouvernement à Rachid Ali pour prendre le maroquin de Ministre des Affaires étrangères. A peine nommé, le gouvernement prend contact avec l’Allemagne nazie afin de marquer son indépendance vis-à-vis des Britanniques qui contrôlent le pays. Ces derniers sont d’autant plus inquiets qu’une prise en main de l’Irak par les nazis leur couperait d’importantes voies de communication et l’acheminement du pétrole. Les Britanniques prennent contact avec le Régent Abdallah et réclament qu’il limoge le Premier ministre et chasse les diplomates allemands en poste.

Abdallah craignant de se voir remplacer lui-même s’empresse de répondre favorablement aux anglais et certainement trop heureux de renvoyer un adversaire. Il nomme Taha Al Hachimi, le frère du Ministre de la Défense sortant, comme Chef du gouvernement le 30 janvier 1941.

Les tensions entre les partisans pro-nazis du parti de la Fraternité nationale (Hizb al-Ikha al-Watani) de Rachid Ali et celle d’Al Hachimi sont vives.

Le Régent Abdallah

Rachid Ali avait fondé le Hizb al-Ikha al-Watani en 1931 et le mouvement, crée sur les modèles fascistes européens était vite devenu l’un des premiers partis d’opposition dans le royaume. Le principal syndicat du pays, la Société des Artisans (Jam'iyat Ashab al-San'a) lui apporta son soutien et mena le mouvement pro-nazi au pouvoir le 20 mars 1933 avant qu’il ne fusse renverser en novembre de la même année.

Le Grand Mufti de Jérusalem Mohammed Amin al-Husseini (1890-1974), quant à lui, mène une politique de l’ombre auprès des nazis depuis des années. L’Ambassadeur allemand, Fritz Konrad Grobba (1883-1973) va jouer le grand argentier du mouvement irakien pro nazi du Premier ministre Rachid Ali. Parlant avec facilité le turque et l’arabe, Fritz Konrad Grobba a crée une antenne arabe diffusée par radio Berlin et fait traduire en arabe, Mein Kampf (Mon Combat d’Adolf Hitler). C’est encore lui qui sous prétexte d’invitation à un jeu de guerre, avait fait envoyer en Allemagne une unité militaire irakienne, revenue convaincue de la discipline allemande (Septembre 1933). Rapidement un groupe d’officiers connu sous le surnom de Groupe du « Carré d’Or » se constitue (le Colonel Saladin Al Sabbagh, le Colonel Fahmi Saïd, le Colonel Kamal Shahib et le Colonel Mahmoud Salman). L’Ambassadeur allemand va largement contribuer à financer ce groupe armé tout comme il aide à la formation de milice.

Rashid Ali et le Grand Mufti

Entre 1935 et mai 1941, il aide les activités du Nadi (club) al-Muthanna de Younis Al Sabawi. Véritable mouvement de type fasciste, le Nadi al-Muthanna est le groupe supplétif du Groupe du « Carré d’Or ». Un de ses membres, qui avait traduit « Mein Kampf » (Mon Combat par Hitler) fut même Ministre de l'économie.

Mais en novembre 1938, l’Ambassadeur allemand est convaincu de complicité dans l’attaque d’un oléoduc par des nationalistes irakiens et expulsé hors du territoire. Il se réfugie dans le royaume d’Arabie Saoudite qui l’accueille avec bienveillance. Sitôt installé, Konrad Grobba sera nommé Ambassadeur d’Allemagne à Ryad et va continuer jusqu’au début de la Seconde guerre mondiale à financer les activités de Rachid Ali et du Grand Mufti. Au grand dam du Régent qui n’a pas oublié que les Séoud d’Arabie Saoudite (dynaste régnante) ont chassé sa famille de la Mecque.

Le 2 avril 1941, avec la complicité du « Carré d’Or », Rachid Ali opère un coup d’état et chasse le Régent,le Roi Faysal II et le gouvernement du Premier ministre Al Hachimi. La réaction du parlement britannique est à la mesure de ses inquiétudes alors que le jour même débarquait Sir Kinahan Cornwallis, le tout nouvel ambassadeur anglais en Irak. Apprenant cette arrivée inopportune, le Grand Mufti de Jérusalem prononce immédiatement une fatwa contre le Royaume Uni, appelant les irakiens à se débarrasser des anglais vivant sur le territoire arabe.

Privé d’un important moyen de communication, le Royaume Uni décide d’intervenir militairement. A Bagdad, Rachid Ali instaure un gouvernement de défense nationale et place à la tête de la Régence, le Prince Chérif Sharaf, membre de la famille royale. Le Régent Abdallah s’est réfugié en Transjordanie tandis que dans la capitale irakienne, on commence à arrêter les députés pro anglais. Le 17 avril, Rachid Ali demande une aide militaire à l’Allemagne. Le Premier ministre Rachid Ali a été informé que les britanniques ont débarqué à Bassorah. Et c’est le Ministre des Affaires étrangère allemand, Joachim Von Ribbentrop lui-même, qui va persuader le Chancelier nazi Adolf Hitler de renvoyer secrètement l’Ambassadeur Grobba en Irak accompagné d’une mission militaire. Le11 mai, Grobba est à Bagdad avec une petite unité militaire venue renforcer l’armée irakienne qui subit les affres de l’aviation anglaises à Habbaniya. D’ailleurs, dès le 22 mai, la route de Bagdad est ouverte aux britanniques.

Le 25 mai, le Chancelier Hitler fait publier son « ordre 30 » où il annonce que «le mouvement de liberté arabe dans le Moyen- Orient est l’allié naturel de l’Allemagne et par conséquent, il convient de soutenir militairement l’Irak ». Un communiqué qui sera tardif. L’Allemagne n’avait pas les moyens de combattre en Irak car trop occupé avec ses campagnes en Crète et préparer son invasion de l’Union Soviétique. La situation est donc défavorable aux pro- nazis irakiens.

Pro- nazis irakiens

Les quelques avions allemands de la Luftwaffe, cloués au sol, ne purent rien faire face à la Royal Air Force (RAF) britannique et ses chars d’assauts, aux portes de la capitale irakienne 7 jours plus tard. Rachid Ali et plusieurs de ses partisans s’enfuient vers l’Iran. Grobba se réfugie d’abord à Mossoul avant de pénétrer en Syrie française, dirigée par des partisans de l’Etat de Vichy (complice d’avoir accepté le transit d’armes lourdes et aéroportées pour els allemands en Irak). Et malgré une colonne armée britannique qui pénètre en Syrie, l’ex Ambassadeur Grobba parviendra à rejoindre l’Europe en toute tranquillité.

En remerciement de ses actions en Irak, Grobba sera nommé de février 1942 à avril 1944 Ministre plénipotentiaire aux Affaires Etrangères pour les pays arabes et se fera fort de donner l’asile au Grand Mufti de Jérusalem, à Berlin. Rachid Ali al-Gaylani avait trouvé refuge auprès du Shah Reza Pahlavi. Pour peu de temps car en Août 1941, les forces armées britanniques déposent le Shah d’Iran, trop proche des allemands. Réfugié à Berlin, il sera reçu par le Chancelier nazi Adolf Hitler qui l’adoube comme Chef du gouvernement en exil. Avec la chute du régime nazi, Rachid Ali al-Gaylani se réfugie en Arabie Saoudite.

Condamné à mort in absentia avec les officiers du « Carré d’Or », Rachid Ali va encore faire parler de lui. A la chute de la monarchie en 1958, il revient en Irak et recommence à comploter. Il tentera un nouveau putsch, sera arrêté et après quelques mois de prison sera envoyé au Liban où il finira ses jours en 1965.

Le 31 mai, un cessez le feu était signé entre les britanniques et l’armée irakienne. 24 heures plus tard, le Régent Abdallah rentrait à Bagdad mais sans escorte britannique afin que les irakiens ne croient pas un contre coup d’état. Les derniers partisans de Rachid Ali se vengèrent sur la communauté juive et en massacrant des familles dans la capitale (événements du jour du Fahroud, 120 à 600 personnes mortes, 850 blessés). Les Britanniques ne bougeront pas non plus pour les protéger.

Les Britanniques aux portes de Bagdad en 1941

Younis Al Sabawi tentera un dernier baroud d’honneur. Il se déclare Gouverneur central du Sud Irakien et ordonne à tous les hébreux résidents dans l’état de rester confiner dans leurs maisons. L’armée Britannique aura tôt fait de le déloger de son poste.

Le 2 juin, Jamel al-Midfai (1890–1958) est une nouvelle fois nommé Premier ministre d’un nouveau gouvernement royaliste (poste qu’il occupera une dernière fois entre janvier et septembre 1953). Les anglais prirent le commandement total de l’armée irakienne jusqu’au 26 octobre 1947. Une armée modernisée qui sera mobilisée pour envahir l’Iran et mettre fin au régime du Shah et la libération de la Syrie française.

Le Grand Mufti et Heinrich Himmler

Le Grand Mufti de Jérusalem n’avait pas encore fini d’écrire son histoire. Fondateur des milices musulmanes pro- nazies de Bosnie, arrêté par les français en 1945, il reste le leader du panarabisme durant encore deux décennies et prendra jusqu’en 1962, la tête de la présidence du Congrès islamique mondial.

Bibliograhie

  • Le Croissant et la croix gammée, éditions Albin Michel (1190)

Liens externes

  • [1]: Article sur le coup d'état de mars 1941 (Fr.)
  • [2] : Article du site Hérodote sur le coup d'état de mars 1941 (Fr.)
  • [3] : Histoire du coup d'état de mars 1941 (Angl.)
  • [4] : Article de la BBC sur le massacre des juifs en 1941 (Angl.)