Le Plan Inca

De SYLMpedia

LE PLAN INCA

L’Empire Inca (Tawantin Suyu) qui régnait alors une grande partie de l’Amérique du Sud chute brutalement avec sa conquête par les Conquistadores de Francisco Pizarro et de Diego Almagro en 1532.

A partir de date, les manuels d’histoires officiels vont cesser de parler de ce que fut l’Empire Inca.

L’Empire Inca

Francisco Pizarro

Fédérant les Quéchuas et les Aymaras au XI ième siècle, c’est à Manco Capac que l’on doit la fondation de l’Empire Inca. Véritable empire guerrier et commercial, les Incas vont se développer sur toute la partie côtière de l’Amérique au Sud et à l’intérieur des terres. C’est en pleine guerre civile et fratricide (entre l’Inca Huescar et l’Inca Atahualpa) que les espagnols vont alors débarquer pour conquérir cet empire qui a enflammé leur imaginaire. Leur seule motivation, c’est l’or ! Et ils vont faire bien peu de cas de cette société moderne. Le 29 Août 1533, l’Inca Atahualpa (alors en captivité) est étranglé sur ordre de Pizarro. L’Empire s’effondre alors que les espagnols réduisent en esclavage les indiens, brulant leurs temples et leurs écrits qu’ils jugent comme impis.L’église catholique n’est pas en reste. Elle ordonne la conversion des incas et la destruction de toutes leurs divinités.

L’Empire de Vilcabamba

L’Empire Inca va continuer de vivre alors que les Frères Pizarro et Almagro se battent désormais entre eux pour la succession d’Atahualpa. Chacun mettant son favori comme nouvel Inca. Manco Capac II, frère d’Atahualpa, est choisi comme Empereur. Mais loin d’être un fantoche, il réussit à piéger les espagnols à Cuzco en Avril1536. Les Conquistadores manquent de se faire massacrer. Conscients de leurs divisions, Pizarro et Almagro signent une trêve et attaquent un an plus tard la capitale indienne. Manco Capac II doit s’enfuir dans la cité de Vilcabamba, au milieu de la jungle où il établit un nouveau royaume.

L'Inca Manco Capac II

Une fois l’Inca en fuite, les espagnols recommencent à se battre et Almagro profite qu’il occupe Cuzco pour faire introniser le frère de Manco Capca II, Paullu, Inca. Naturellement, Manco Capac II refuse de reconnaître son frère. Vilcabamba devient alors le siège de la résistance des incas. Le sang va continuer de couler telle une malédiction, une tragédie grecque. Diégo Almagro est battu par Hernando Pizarro (frère de Francisco) qui le fait exécuter le 26 Avril 1538. Le 26 Juillet 1541, une conspiration amalgriste dirigé par Diégo II Almagro (fils du premier) assassine le Gouverneur Francisco Pizarro.. En 1544, c’est au tour de Manco Capac II d’être assassiné par les meurtriers de Pizarro qui s’étaient réfugiés à Vilcabamba.

les ruines de Vilcabamba (2011)

Gonzalo Pizarro, frère des deux autres, qui s’est finalement emparé de Vilcabamba en 1539 sera décapité le 9 Avril 1548 après avoir tenté de faire sécession de la Couronne espagnole.

Enfin Paullu Inca meurt en 1549.

La survivance de l’Empire Inca

L’Empire ne disparaît pas pour autant. Du moins, ce qu’il en reste. Les Espagnols continuent de nommer des Incas car ils redoutent un soulèvement général. Sayri Tupac (de 1549 à 1556) et Titu Cusi (1556 à 1571) perpétuent la tradition impériale. Mais avec l’avènement de Tupac Amaru en 1571 (frère de Titu Cisu), les indiens trouvent en lui le symbole d’un passé glorieux disparu. Il soulève les incas mais il sera battu et exécuté le 24 Septembre 1572.

Ce qui reste de partisans de l’Inca se réfugient dans la jungle sud américaine. Le mythe est né, celui de l’Eldorado aussi.

Les espagnols vont établir des Vice royautés à travers toute l’Amérique du Sud et centrale pour chaque colonie qui est établie. Celle du Pérou et de l’Argentine seront les plus importantes. Les populations indiennes et espagnoles commencent à se mélanger donnant naissance aux communautés créoles. Le racisme est présent dans tout l’Empire espagnol. Alliés aux espagnols, les créoles commencent à occuper tous les postes administratifs et politiques du pays. Les indiens sont systématiquement écartés des postes les plus importants.

Le mythe de l’Inca continue de survivre parmi les indiens.

Tupac Amaru II

En 1780, José Gabriel Condorcanqui soulève les indiens contre le gouverneur de Tinta, Antonio de Arriaga. Les espagnols n’ont rien vu venir, le gouverneur sera exécuté. Ce n’est pas un indien comme les autres, ce Condorcanqui. Il n’est ni plus ni moins que l’arrière petit fils de Tupac Amaru. Il prétend donc à la couronne Inca. Il se fait sacrer Empereur sous le nom de Tupac Amaru II, restaure les ordres religieux et le système politique de l’Empire. La révolte s’étend dans toute la Vice Royauté du Pérou. Il met le siège devant Cuzco en Mars 1781. C’est un échec. Tupac Amaru II est finalement capturé puis exécuté le 18 Mai. Il avait 41 ans.

Son cousin, Tupac Amaru III lui succède. Son règne ne durera que 2 ans. La restauration de l’Empire prend fin le 19 Juillet 1783.

Le Plan Inca

Les guerres d’indépendances qui éclatent en Amérique du Sud au début du XIXème siècle laissent penser que l’histoire des Incas appartient désormais au passé alors que royalistes espagnols se battent contre les créoles qui réclament désormais leur indépendance.

Manuel Belgrano

Dans la Vice – Royauté de Rio de La Plata (actuelle Argentine), un patriote influent reste persuadé que le système monarchiste reste le meilleur gouvernement politique dès lors que l’indépendance sera proclamée. Le Général Manuel Belgrano (1770- 1820) est un héros de l’indépendance. Lors du Congrès de Tucuman (1816), il déclare alors que la monarchie permettrait de stabiliser la nouvelle République naissante devant un parterre de congressistes médusés. Bien que ces derniers ne soient pas réellement opposés à la monarchie, il ne serait pourtant pas question de mettre un Bourbon à la tête de l’Argentine. Belgrano acquiesce.

Il va donc mettre à exécution le Plan Inca.

Lors de son voyage au Pérou, Belgrano avait rencontré le frère de Tupac Amaru II, Juan Bautista Monjarras. . Il s’était aperçu également que les indiens des provinces Nord de la Vice Royauté du Rio Del Plata restaient toujours favorables aux règnes des Sapas Incas (Empereurs). Afin d’éviter toute guerre civile, la restauration d’un Inca s’impose à ses yeux alors comme la seule solution à la stabilité du pays. Il propose également que Cuzco redevienne capitale impériale en lieu et place de Buenos Aires. Les Congressistes applaudissent. L’Inca sera restauré. Un élan de patriotisme secoue le Congrès de Tucuman.

Un Inca, certes mais qui ? On évoque la candidature du Prince Dionysos Yupanqui, un descendant des Incas qui est officier militaire et député du Pérou à Cadiz ou alors celle de Juan Bautista Monjarras. Les caciques indiens qui sont consultés approuvent la restauration de l’Inca. Les négociations avec les différentes provinces de la Vice Royauté (devenues les Provinces Unies) commencent dès le 12 Juillet 1816. Il s’agit de les rallier à cette idée. Si celles du Haut Pérou et du Nord- Ouest sont acquises à l’idée de la restauration de la monarchie inca, celle du Cuyo et de Buenos Aires sont opposées à cette monarchie.

Tout au plus acceptent-ils l’idée de voir un infant d’Espagne monter sur le trône. A l’Inca, les royalistes opposent donc la candidature de la Reine Charlotte –Joaquina, épouse de Jean VI du Portugal qui a l’avantage d’être une Bourbon et résidant à Rio de Janeiro. Si Jean VI refuse cette idée, il n’en est pas de même pour la Reine et ses partisans, les carlotistes. D’ailleurs la Reine s’imagine déjà en Régente d’un royaume sur lequel elle pourrait installer son fils cadet, Dom Miguel. Jean VI envoie une escadre anglaise occuper Buenos Aires. Les Provinces unies sont divisées entre partisans de l’Inca, ceux de la reine du Portugal et les monarchistes- Républicains dont fait parti le Général Jose de San Martin (1778- 1850), un héros de la guerre de libération. En Août, l’option portugaise est abandonnée. En effet, la Reine Charlotte Joaquina persistait à refuser la constitution que lui proposaient les congressistes et souhaitait qu'une moanrchie absolue fut proclamée à son avénement.

Ferdinand VII,Roy d'Espagne

L’abandon du Plan Inca

Les discussions s’éternisent et au début de 1817, les indiens menacent de se soulever et de proclamer l’Inca dans les Provinces du Nord. Les Républicains veulent que le Congrès se réunisse à Buenos Aires, les partisans de la monarchie pour l’Inca insistent pour rester à Tucuman. Le Général Jose de San Martin tranche et installe une Junte à Cordoba ; le Congrès est installé à Buenos Aires et le plan Inca définitivement abandonné.

Jean VI et Charlotte- Joaquina

Les monarchistes réussissent quand même à imposer une constitution monarchique et obtiennent qu’un Prince européen puisse ceindre la couronne de l’Inca. Les Congressistes choisissent alors le Prince français Charles de Lucca pour occuper le trône vacant. Ancien Duc de Parme destitué par les troupes de Napoléon Ier, son duché devenu l’apanage de l’Impératrice Marie Louise, son royaume d’Eturie ayant été abolie, voilà le Prince Charles II appelé à devenir Roi des Provinces Unies. Mais la défaite de Cepeda (affrontements entre unitaristes et fédéralistes en 1820) qui abolit le gouvernement de la Junte plonge le pays dans l’anarchie.

Belgrano meurt en Juin 1820, quelques mois après la bataille de Cepeda .Et avec lui le rêve de la restauration de l’Empire Inca ou celle sous un Bourbon.


Les autres tentatives d'établissement de monarchies en Amérique du Sud

Le Brésil proclamera son indépendance en 1822 avec à sa tête les Bragance- Orléans. Le pays connaîtra deux Empereurs (Pedro Ier et Pedro II) jusqu’à l’abolition de sa monarchie en 1889.

Au Mexique où on avait songé à restaurer Ferdinand VII sur un hypothétique trône, ce sera finalement Agustin de Iturbide qui proclamera le premier, l’Empire Mexicain (1822-1823). Il faudra attendre Napoléon III pour que l’Empire soit restauré sous l’autorité de Maximilien Ier de Habsbourg- Lorraine (1864- 1867). Personne n’avait songé à rappeler sur le trône les descendants de l’Empereur Aztèque Moctezuma II, les Ducs de Moctezuma (le prétendant au trône Aztèque actuellement résidant en Espagne est depuis 1992 le Duc José Juan Marcilla de Teruel-Moctezuma y Jiménez).

Symbole des carlistes équatoriens

En 1845, un projet de Royaume Uni de l’Equateur, du Pérou et de la Bolivie fut mis en place par le Président équatorien Juan Jose Flores, convaincu que le régime républicain ne pouvait satisfaire son peuple. Le Prince María Agustín Fernando Muñoz y de Bourbon (1837- 1855) fut désigné pour en occuper le trône. Quatrième fils de la Princesse Marie- Christine de Bourbon- Sicile et d’ Agustín Fernando Muñoz y Sánchez (épousé en seconde noces après celui avec Ferdinand VII dont elle avait eu Isabelle II), ce plan devait se dérouler en deux phases. Une Régence installée avec Marie- Christine de Bourbon- Siciles à Quito et enfin la proclamation à la tête d’un Royaume –Uni qui unifierait le Pérou, l’Equateur et la Bolivie. Mais une révolution chassa peu de temps le Président Florès et le projet fut abandonné. Ce n’était pas la première fois que l’Equateur songea a instauré une monarchie. Déjà en 1809, le Président de l’Audience Royale de Quito, le Marquis de Selva Alegre Juan Pio Montufar (1758- 1818) tenta de proclamer un royaume sous son seul nom et exigea d’être appelé son « Altesse Sérénissime». Mais un an plus tard, il se résolut a remettre le pouvoir aux royalistes espagnols.

Enfin peu avant son rêve mexicain, l’Empereur français Napoléon III caressa l’idée de fonder un Royaume Equatorien sous protectorat français mais le Parlement et le Sénat refusa d’allouer tout budget à cette idée (1859). L’initiateur de ce projet qui souhaitait voir un Bourbon monter sur le trône, Gabriel García Moreno, sera finalement élu Président de son pays en 1861.


Liens Internet

  • [1]: historique de l’Empire Inca (Fr.)
  • [2] :carte de l’Empire Inca
  • [3]: Biographie de Tupac Amaru II (Fr.)
  • [4] : Biographie de Manuel Belgrano (Angl.)