Charles Dulondel

De SYLMpedia

Charles Dulondel a été un bienfaiteur et financier de la Nouvelle Action royaliste pendant de nombreuses années.

Charles Dulondel-1950.jpg

Biographie

Né le 29 août 1920 à Casablanca. A passé son enfance au Maroc. Son père Louis Dulondel était directeur de banque, sa mère Claire Morier, institutrice, a dirigée l’école européenne mixte centrale de Fédala (aujourd’hui Mohammedia) de 1951 à 1961.

Fréquente les royalistes du Maroc. Étudiant, il avait l’intention intégrer Saint-Cyr. A la déclaration de guerre il part dans les tirailleurs marocains. Dans le 2ème Régiment des Tirailleurs marocains il fait la campagne d’Italie (mars à juillet 1944) et participe à la bataille de Garigliano qui va permettre la prise du Mont Cassin.

Affecté comme sergent au 3ème Bataillon du 6ème Régiment des Tirailleurs marocains il participe aux combats dans les Vosges qui vont conduire jusqu’au Rhin. C’est là qu’il sera blessé en patrouille (une grenade VB dans le visage), le 13 mars 1945, à Chalampé, village au bord du Rhin. Il sera décoré de la Médaille militaire et de la Croix de guerre.

Des suites de ses blessures (éclats de grenade qui n’ont pas pu être extraits) il a séjourné en hôpital psychiatrique Saint Maurice (Val-de-Marne) où on lui a appris le métier de relieur. C’est Pierre Juhel, secrétaire général de la Restauration nationale (AF), qui va l’aider à sortir de cet hôpital.

Il a été pensionné en tant qu’invalide de guerre, augmenté d’une indemnité pour avoir un accompagnateur.

Il s’établit à Concarneau, acquière un petit voilier qui, avec un équipier, lui permet de faire des voyages en mer. Pendant ses voyages à Paris (contrôle médical) il loge dans la maison des « Gueules Cassées » et il fréquente l’AF.

En 1971, au moment de la scission survenue dans l’AF, il a choisi, sur les conseils de son ami Jacques Cornu, la Nouvelle Action française.

Dulondel 1977 Tourailles.jpg

En ce moment, à Paris, lors des bagarres avec les trotskistes de la Ligue qui voulaient interdire la vente du journal, il était toujours en première ligne. Ses adversaires étaient impressionnés autant par stature que par sa gueule cassée.

A Concarneau, il s’est mis à faire des affichages réguliers d’affiches de la Nouvelle Action royaliste (il avait même une fois embauché un militant parisien de la NAR, Denis Mourgues, pour l’aider).

En 1984, compte tenu de la situation financière de la NAR, il a commencé à l’aider en y consacrant une bonne partie de sa pension. Ses dons biannuels vont alimenter les caisses du mouvement… Cela il va le faire jusqu'à l'été 1993, année ou il se brouille avec la NAR pour une raison futile (affaire du saucisson perdu…).

Tombe au cimetière de Moussy-le-vieux

En raison de son état de santé déclinant il est hébergé dans le domaine de Moussy des « Gueules Cassées ».

Il mourut au Centre hospitalier de Meaux le 13 décembre 1994 à l’âge de 74 ans. Il est enterré dans le cimetière de Moussy-le-vieux (Seine-et-Marne).

Liens internes

Nouvelle Action royaliste