Bureau politique du Duc d’Orléans

De SYLMpedia

Bureau politique du Duc d’Orléans

Philippe VIII en 1910


Philippe d'Orléans (1869-1926) titré duc dès sa naissance, devient prétendant au trône à la mort de son père le comte de Paris le 8 septembre 1894.

Le Bureau politique du prince siège à Paris, rue Saint-Honoré en 1897, et fédère les Comités royalistes et est le correspondant pour la presse royaliste.

Il a pour organe de presse un quotidien La Correspondance Nationale.

Chef du Bureau politique

1894 - Décembre 1898 - Eugène Dufeuille (1841-1911)

Il a 53 ans. Auparavant il a été au service de comte de Paris pendant onze ans.

Il prend la succession d'Othenin de Cléron, comte d'Haussonville (1843-1924) qui avait été le représentant officiel du comte de Paris.

Il a publié en 1901 un livre “Réflexions d'un monarchiste 1789-1900” (1).


Décembre 1898 - Janvier 1900 – André Buffet (1857-1909)

Il a 41 ans. Fils d'un ancien ministre il est avocat.

Proche de Paul Déroulède, il est arrêté le 12 août 1899 pour complot et déféré en Haute-Cour. Il est condamné le 4 janvier 1900 à dix ans de bannissement.

De ce fait il démissionne de sa fonction et souhaite comme successeur Paul Bézine. Il sera gracié le 14 juillet 1905.


Janvier 1900 - Décembre 1908 - Paul Bézine (1861-1928)

Il a 39 ans. Avocat, journaliste. L’un des fondateurs de l'association Jeunesse royaliste en 1890, dont il est tour à tour secrétaire, vice-président et devient son président en 1896.

En décembre 1908 il démissionne de ce poste pour devenir administrateur des biens du duc d'Orléans.


Janvier 1909 - 15 juin 1910 – Roger Lambelin (1857-1929)

Il a 52 ans. Journaliste. Est un des fondateurs de la Jeunesse de Paris. Conseiller municipal de Paris de 1894 à 1912.

Antisémite convaincu (il préface les Protocoles des sages de Sion, falsification antisémite forgée par la police tsariste). Chaud partisan de l'Action française. Il démissionne suite au décès de sa femme.

16 juin 1910 – Juin 1911 - comte Henry de Larègle (1873-1956)

Il a 37 ans. Avocat à la Cour d'appel de Paris. Il est hostile à l'Action française.

Après une campagne très violente de l'Action française contre lui, il démissionne du Bureau politique en juin 1911.

Il renouera avec Henri d'Orléans, comte Paris (1908-1999) lorsque celui-ci prendra ses distances avec l'Action française en 1937.

Photos des Chefs de bureau


Références

(1) Réflexions d'un monarchiste (1789-1900), Calmann Lévy (1901), 392 p. (lire en ligne)


Sources

Éric Mension-Rigau, L'ami du Prince – Journal inédit d'Alfred de Gramont (1892-1915), Fayard 2011.