Charles Berlet

De SYLMpedia
Révision datée du 6 novembre 2011 à 07:29 par Sylvain (discussion | contributions) (Page créée avec « '''Charles Berlet''' (1878 - 13 avril 1941) est un militant royaliste lorrain et un écrivain régionaliste français. == Études et vie professionnelle == * D… »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Charles Berlet (1878 - 13 avril 1941) est un militant royaliste lorrain et un écrivain régionaliste français.

Études et vie professionnelle

  • Docteur en droit, avocat
  • Propriétaire-terrien (domaine de la Gaye) à Réméréville (Meurthe-et-Moselle).
  • Père d'Henry Berlet, avocat, avoué à la Cour, membre de l'Académie de Stanislas.

Mandats

Ancien combattant

  • Lieutenant de réserve en 1914. Mobilisé, plusieurs fois blessé pendant la guerre, démobilisé en 1918. Commandant de réserve.
  • Président de la section de l'A.M.C. de Réméréville.

Catholique

  • Catholique pratiquant.
  • Président de l'Union catholique de Réméréville avant la condamnation pontificale de l'Action française en 1926.
  • Son épouse collabore avant 1926 à l'une des plus anciennes Oeuvres du diocèse de Nancy, l'oeuvre diocésaine des bibliothèques cantonales, fondée en 1847, dont le vice-président de 1921 à 1927 est le vicomte Yves du Fou, président de l'Action française en Lorraine jusqu'en 1927.

Militant royaliste et nationaliste

  • Adhère à l'Action française en 1925.
  • Président de la Fédération lorraine d'Action française de 1927 à la dissolution de la ligue en février 1936.
  • Co-fondateur en 1927 et directeur politique du périodique royaliste nancéien le "Courrier de Lorraine", devenu "Courrier de Lorraine et de Franche-Comté" (1931-1939).
  • Président de l'antenne nancéienne des anciens combattants royalistes (Association Marius Plateau).
  • Jugé en correctionnelle à Metz en mars 1936 pour complicité de coups, alors qu'il présidait une réunion royaliste, en mars 1935 à Château-Salins, au cours de laquelle un Camelot du Roi avait donné un coup de poing à un contradicteur ayant crié "Vive la République!". Il est acquitté, son défenseur Me Adrien Sadoul ayant plaidé "le juste droit de répression" du service d'ordre d'une réunion privée.
  • Vice-président à partir de 1936 du Cercle Jacques Bainville, fondé à Nancy à l'été 1936. Proche du RNL (Rassemblement National Lorrain). Il est suspendu de ses fonctions de maire pendant un mois par décision préfectorale en 1936, lors de l'affaire Salengro, pour avoir refusé d'obéir à une circulaire ministérielle enjoignant de mettre en berne le drapeau tricolore au fronton de la mairie. Il organise et préside en janvier 1938 à Nancy une réunion royaliste à laquelle participe Charles Maurras ainsi que des représentants du RNL, du Front lorrain, du Parti populaire français, du PNRS et de la Fédération républicaine<ref>Selon Charles Berlet, "la présence des orateurs nationaux, républicains et royalistes, atteste de la volonté des groupements auxquels ils appartiennent d'agir dans un même effort pour faire une France française et pour lutter contre les métèques qui l'envahissent et les politiciens qui la trahissent". Les représentants du RNL sont Pierre André, Adrien Sadoul et l'avocat François Xardel, le représentant du frobt lorrain est son secrétaire général Albert Eiselé, le représentant de la Fédération républicaine est Maurice Ehlinger et celui du PNRS est Jean Michaut. ( Jean-françois Colas, "Les droites nationales en Lorraine dans les années 1930 : acteurs, organisations, réseaux", thèse de doctorat, Université de Paris X-Nanterre, 2002, p. 257</ref> .

Écrivain régionaliste

  • Il participe à l'Union régionaliste lorraine dans les années 1910 et collabore à la revue de Charles Sadoul "Le pays lorrain", fondée en 1904.
  • Membre-associé (1919), membre titulaire (janvier 1927) puis président en 1938 de l'Académie de Stanislas à Nancy.
  • Secrétaire général pour la Lorraine des Compagnons de Jeanne d'Arc.

Œuvres

  • Les Provinces au Modèle:S- et leur division en départements, essai sur la formation de l'unité française, Bloud et Cie, 1913
  • Un village lorrain pendant les mois d'août et septembre 1914 : Réméréville, Bloud et Gay, 1916
  • Un ami de Barrès : Stanislas de Guaita, Bernard Grasset, 1936
  • Les Journées révolutionnaires. La Révolte de la garnison de Nancy en 1790, Nancy, Impr. de Bailly et Wettstein, 1944

Sources

  • Jean-François Colas, "Les droites nationales en Lorraine dans les années 1930 : acteurs, organisations, réseaux", thèse de doctorat, Université de Paris X-Nanterre, 2002, 3 volumes.
  • Paul d'Arbois de Jubainville, "Dictionnaire biographique lorrain", Metz, Ed. Serpenoise, 2003, p. 47