La triple donation du royaume de France : 21 juin 1429

De SYLMpedia

Cette triple donation ne s ‘est pas faite en une seule fois au milieu du XV e siècle, même si elle se situe dans une histoire de France immémoriale. En effet depuis le baptême de Clovis, traditionnellement placè au 25 décembre 496 Clovis, les rois de France sont les lieutenants du Christ et ils s‘engagent par leur sacre à défendre l’Eglise catholique. C’est ce que Jeanne a entendu rappeler au "petit roi de Bourges" et au-delà à tous ses successeurs.

La rencontre de Chinon ; 25 février 1429

C’est dans cette pièce aujourd’hui ouverte à tout vents que Jeanne, arrivée dans la forteresse royale depuis deux jours seulement, a reconnu , auprès d’une cheminée située à la hauteur du premier étage, le dauphin qui se tenait caché au milieu des courtisans de sa modeste cour. Là, elle lui a confirmé et son ascendance – vrai fils de son père Charles VI - et sa véritable mission - se faire sacrer à Reims- ce qui fut d’ailleurs fait quelques mois plus tard, le 17 juillet 1429

11 mars 1429. La tentative manquée de Chinon

Quittant le donjon du Coudray sa résidence dans l’enceinte de château de Chinon et nourrie par son assistance quotidienne à la messe dans la chapelle royale,Jeanne la Pucelle adresse trois demandes à Charles VII . De cette demande, le duc de la Trémouille et le duc d'Alençon, prince de Sang et parrain du roi de France Louis XI lequel en rendit témoignage au procès de réhabilitation. Parmi ces demandes, celle qu'«il fît donation de son royaume au Roi du ciel, et qu'après cette donation, le Roi du Ciel ferait pour lui ce qu'Il avait fait pour ses prédécesseurs, et le rétablirait dans l'état d'autrefois» (R.P. Ayroles, Op. cit., 1890 t. IV. p. 193).

21 juin 1429 . A Saint Benoît-sur-Loire, Jeanne, Dieu et le roi : la triple donation

Le 21 juin 1429, donc Jehanne dit à Charles : «Sire, me promettez-vous de me donner ce que je vous demanderai ?» Le Roi hésite, puis consent. «Sire, donnez-moi votre royaume». Le Roi, stupéfait, hésite de nouveau ; mais, tenu par sa promesse et subjugué par l'ascendant surnaturel de la jeune fille : «Jehanne, lui répondit-il, je vous donne mon royaume». (1 ére donation) Cela ne suffit pas : la Pucelle exige qu'un acte notarié en soit solennellement dressé et signé par les quatre secrétaires du Roi; après quoi, voyant celui-ci tout interdit et embarrassé de ce qu'il avait fait : «Voici le plus pauvre chevalier de France : il n'a plus rien». Puis aussitôt après, très grave et s'adressant aux secrétaires : «Écrivez, dit-elle :Jehanne donne le royaume à Jésus-Christ''» (2 éme donation) Et bientôt après :«Jésus rend le royaume à Charles'». (3 ème donation) A lire ces lignes, on comprend mieux pourquoi le marquis de la Franquerie a pu notamment dédier son livre « La mission divine de la France «  A Jeanne la Pucelle, Martyre pour la France et pour le Roi et héraut de la Royauté Universelle du Christ ».

Si Charles VII et ses successeurs avaient compris, Ils auraient fait enchâsser le merveilleux parchemin

Le parchemin auquel il est fait allusion ci-dessous, c'est naturellement l'acte notarié dressé à la demande de Jeanne d'Arc. Saint-Benoît-sur-Loire, mardi 21 juin 1429, 16 heures. Si Charles VII et ses successeurs avaient compris, Ils auraient fait enchâsser le merveilleux parchemin Dans l'or et dans la soie ; Ils l'auraient entouré de pierres précieuses Car ils n'avaient pas dans leur trésor diamants comparables. Ils l'auraient relu et médité tous les jours. Non seulement ils seraient aujourd'hui sur le trône, Mais l'univers serait dans les bras de Jésus-Christ Et ce serait la France qui l'y aurait placé''. J.-B. Ayroles, S.J. «La vraie Jehanne d’Arc», p. 59.

Bibliographie

R.P. J.B. Ayroles,S.J. La vraie Jehanne d'Arc,Tome I : La Pucelle devant l’Eglise de son temps. Paris, Gaume, 1890.

Liens externe

  • [1] :Livres du marquis de La Franquerie à télécharger.
  • [2]:Cantate dite de sainte Jeanne d’Arc, dite aussi à l’étendart,1918 composée par le Chanoine Laurent;paroles de Mgr Vié.
  • [3]:Baptême de Clovis ; Naissance de l’identité française et chrétienne.
  • [4]:L'heure du règne de Notre-Seigneur Jésus-Christ est-elle proche ?