Parti royaliste Rwandais

De SYLMpedia
Révision datée du 31 mai 2012 à 12:33 par Judith (discussion | contributions) (Mouvement Démocratique du Peuple pour la Réconciliation (MDPR- INTIGANDA))
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

PARTI ROYALISTE RWANDAIS

L’Union Nationale Rwandaise (UNAR)

Fondé le 3 Septembre 1959 par François Rubeka et Prosper Bwanakeli , L’Union Nationale Rwandaise (UNAR) se veut le défenseur de la cause Tutsi et de la monarchie. En deux ans, le mouvement se radicalise profondément.

Le référendum du 25 Septembre 1961 met fin à la monarchie Tutsie rwandaise par 1 004 655 voix en faveur de la république contre 257 510 voix en faveur du Mwami (Roi) Kigeri V. En parallèle étaient organisées des élections législatives dans tout le pays. L’Union Nationale Rwandaise n’obtiendra que 17% des voix. Bien peu pour renverser la balance en l’absence du souverain qui s’est exilé en Tanzanie.

Résolument contre la République, l’UNAR entre en rébellion ouverte et armée contre la nouvelle République du Hutu Grégoire Kayibanda. En Janvier 1962, les royalistes sont repoussés par les Forces métropolitaines Belges qui assistent les Forces Armées Rwandaises (FAR). Le 28 Février 1962, un accord est signé entre l’UNAR et les Républicains qui prévoit la constitution d’un nouveau gouvernement dans lequel deux sièges seront réservés aux royalistes. Grégoire Kayibanda refuse d’appliquer cet accord et le 25 Mars, les hostilités entre les deux camps reprennent. Les élections communales de Mai 1962 vont confirmer les résultats des élections législatives. Seule la commune de Nyanza, traditionnellement acquise à la monarchie Rwandaise, élit des conseillers sous étiquette de l’UNAR.

Le Roi Mwambusta IV du Burundi, le Roi Baudoin de Belgique et le Roi Kigeri V du Rwanda

Le 29 Novembre 1963, la garnison de Gako est attaquée par les royalistes. C’est leur dernière offensive. 72 heures plus tard, la garnison sera reprise par les FAR. Les royalistes repassent la frontière. En Janvier 1964, plusieurs ministres royalistes dont Prosper Bwanakweli, le Secrétaire Général Michel Rwagasana (cousin de Kayibanda) seront exécutés.

Ancien conseiller et ministre du Roi, le leader de l’UNAR François Rubeka se réfugie alors aux Etats-Unis. Il ne pourra faire entendre sa voix rassemblant à peine 3% des voix. Avec le coup d’état du Général Habyarimana du 5 Juillet 1973, l’UNAR n’a plus d’élus au Rwanda et disparaît en 1975.

Claude Rubeka, fils de François, a recrée dans les années 90, le mouvement royaliste. En 1996, depuis son exil canadien, il émet un communiqué refusant de reconnaître le gouvernement du Front Patriotique Rwandais aurait rejoint brièvement en 1998, L’Union des Forces Démocratiques Rwandaises de Faustin Twagiramungu (qui avait fait un temps du retour du souverain, un cheval de bataille).Nommé Vice Président, il se serait désisté au moment de la signature du document de fondation de l’UFDR protestant contre la majorité de partis républicains présents au sein de ce mouvement.

L’Alliance Nationale pour l’Unité du Rwanda (RANU)

Mouvement monarchiste formé par des exilés Tutsis en Ouganda en 1979. Il aura une existence éphémère et dont une partie de ses membres se rallie finalement au régime du Président Juvénal Habyarimana un an plus tard. L’autre partie ira bientôt alimenter les rangs de la rébellion du (futur) Président Yoweri Museveni puis la rébellion du Front Patriotique Rwandais en 1990.


Mouvement de Libération Nationale Rwandais (RNLM)

Crée en 1986 en Ouganda par le Tutsi John Karungaya après la prise de pouvoir par Museveni, son projet d’attaquer le Rwanda fut révélé par la presse ougandaise. Karungaya fut arrêté puis grâce à la Croix Rouge Internationale autorisé à s’exiler en Suède. Ce mouvement monarchiste rejoindra également l’Union des Forces Démocratiques Rwandaises le 19 Septembre 1998 avant de s’en retirer pour les mêmes motifs que l’UNAR. Il n’a plu d’existence à ce jour.

L’Armée du Roi (Ingabo Z’umwami)

Fondé en Novembre 1999, composée d’exilés Tutsis qui ont fuit les massacres de 1994, l’Armée du Roy se fait connaître peu de temps après par ses nombreuses actions armées. Elle aura également une existence éphémère par manque de moyens financiers. Cependant, ses actions militaires auront eu le mérite de remettre le débat de la monarchie au centre de la politique du Rwanda.

L’Armée du Roi a été considérée comme le bras armé de L’Association « Rwanda Notre Avenir » crée le 18 Juillet 1999 et dont le premier communiqué affirme de façon concrète que « la monarchie constitutionnelle paraît être le seul instrument capable de préserver l’unité nationale. Cependant rien ne permet d’affirmer ces allégations.

Affiche demandant le retour de la monarchie au Rwanda

Par la suite le 22 Février 2001, Déogratias Mushayidi et ses collègues du comité de coordination avaient présenté le manifeste national d’un mouvement monarchiste qu’ils venaient de créer à Bruxelles (1er Février) appelé « Nation – Imbaga y’Inyabutatu Nyarwanda » qui prônait la restauration de l’Unité de la Nation rwandaise via l’instauration d’une monarchie constitutionnelles. Nation- Imbanga rejoint le 27 Mars 2002, l’Alliance pour la Démocratie et la Réconciliation Nationale (ADRN) IGIHANGO qui éclatera bientôt en divers partis dont le Pacte Démocratique National dont Mushayidi est le Secrétaire Général depuis 2005. Déogratias Mushayidi accusé par le gouvernement Rwandais d’être à l’origine des deux attentats perpétrés à Kigali (qui ont fait moins d’une dizaine de morts et de blessés) a été arrêté le 6 Mars 2010.

Les royalistes auraient tenté un coup d’état en 2007 selon le gouvernement rwandais.


Le Ralliement pour la Monarchie Constitutionnelle (R.M.C.)

Mouvement fondé en 2009 par le Docteur Christian Marara, ancien leader du Parti pour le Progrès et la Concorde. Il soutient ouvertement le retour du Roi Kigéri V au Rwanda et un nouveau référendum sur la question de la restauration de la monarchie.


Mouvement Démocratique du Peuple pour la Réconciliation (MDPR- INTIGANDA)

Drapeau du MDPR


Fondé le 13 Décembre 2009 par l’Abbé Théophile Murengerantwari. Ancien titulaire de l’Evêché de Cyangugu, exilé en Allemagne ou il a basé son mouvement issu d’une scission avec le RMC. Il soutient le retour du Roi Kigeri V et un nouveau référendum sur la question de la restauration de la monarchie. Il s’est prononcé en faveur la candidate Victoire Ingabire Umuhoza, leader du Front Démocratique Unifié (actuellement mise en résidence surveillée pour tentative de déstabilisation du pays et négation du génocide depuis Avril 2010) qui n’a pu participer à l’élection pluraliste du 9 Août 2010.

Très actif, le MDPR émet régulièrement des communiqués sur son site et participe à des manifestations contre le gouvernement rwandais du Président Kagamé.

Rwandese Protocol to Return the Kingdom (RPRK)

Logo du RPRK

Crée le 16 juillet 2007, dirigé par Eugène Nkubito et basé au Kenya, le Rwandese Protocol to Return the Kingdom (RPRK) est un mouvement monarchiste qui réclame le retour sur le trône du Roi Kigeri V. Il se veut le successeur de l’Armée du Roi

Des rumeurs affirment que le mouvement monarchiste est manipulé par le gouvernement rwandais qui prendrait la menace royaliste très au sérieux. Il aurait été infiltré depuis octobre 2009. Aucun fait probant n’est venu étayer ces rumeurs.

Affiche du RPRK

Liens externes

  • [1] : Site officiel du Mouvement Démocratique du Peuple pour la Réconciliation (Fr. et Rw.)
  • [2] : Interview entre le Roi Kigeri et la journaliste Colette Braeckmann (Fr.)
  • [3]: page facebook du mwami Kigeri V (Fr.)
  • [4] : Site sur les monarchies en Afrique.(Fr.)
  • [5] : Forum des anciens de l'UNAR (Fr. et Rw.)
  • [6] : Communique du RPRK ( Rw. & Angl.) site non neutre
  • [7] : Interview du RPRK (Angl.)
  • [8] : Services spéciaux rwandais pilotent le RPRK (Fr.)