Nicolas Kayanakis : Différence entre versions

De SYLMpedia
(Page créée avec « 300px|thumb|Un militant droit, Nicolas Kayanakis'''Nicolas Kayanakis''', né en Tunisie en 1931 et mort dans la nuit du 5 au 6 octobre 2008, diplôm… »)
 
Ligne 6 : Ligne 6 :
  
 
Il fut membre du Mouvement jeune révolution puis, de 1971 à 1973, de la [[Nouvelle Action française]]. De 1998 à 2001, il est secrétaire général puis vice-président du [[Centre Royaliste d'Action française]], dirigé par [[Pierre Pujo]]. Il fut directeur administratif et financier de la revue royaliste ''[[Les Épées]]''.
 
Il fut membre du Mouvement jeune révolution puis, de 1971 à 1973, de la [[Nouvelle Action française]]. De 1998 à 2001, il est secrétaire général puis vice-président du [[Centre Royaliste d'Action française]], dirigé par [[Pierre Pujo]]. Il fut directeur administratif et financier de la revue royaliste ''[[Les Épées]]''.
 +
 +
'''Nicolas Kayanakis''' a été en 2001 l'un des initiateurs du [[Groupe de liaison royaliste]] (GLR).
  
 
[[Fichier:Kayalivre.jpg|200px|thumb|left|texte descriptif]]
 
[[Fichier:Kayalivre.jpg|200px|thumb|left|texte descriptif]]

Version du 9 octobre 2009 à 13:19

Un militant droit, Nicolas Kayanakis
Nicolas Kayanakis, né en Tunisie en 1931 et mort dans la nuit du 5 au 6 octobre 2008, diplômé de Institut d'études politiques de Paris|Sciences Po (SP1951), secrétaire général des étudiants d'Action française, rejoint l'armée de l'air puis l'armée de terre française en Algérie où il commande en second le 14ème Régiment de chasseurs parachutistes.

Il participe aux événements d'Alger puis prend la tête du réseau OAS Métropole Jeunes. Arrêté une première fois en 1961, il s'évade et vit en cavale jusqu'à sa seconde arrestation en 1962. Il sort de prison en 1966 et publie son premier roman intitulé Derniers châteaux en Espagne. Il se lance dans une carrière de consultant international auprès des directions générales et de repreneurs d'entreprises en difficulté.

À l'issue de sa carrière, en 1997, il soutient à Sciences Po une thèse d'histoire sur l'action psychologique et propagande de l'armée française et publie ensuite un livre intitulé Algérie 1960 : la victoire trahie.

Il fut membre du Mouvement jeune révolution puis, de 1971 à 1973, de la Nouvelle Action française. De 1998 à 2001, il est secrétaire général puis vice-président du Centre Royaliste d'Action française, dirigé par Pierre Pujo. Il fut directeur administratif et financier de la revue royaliste Les Épées.

Nicolas Kayanakis a été en 2001 l'un des initiateurs du Groupe de liaison royaliste (GLR).

texte descriptif

Publications

  • Derniers châteaux en Espagne, Éditions de La Table Ronde, 1966.
  • Algérie 1960 : la victoire trahie, Éditions Atlantis, 2000.


Lien externe