Michel Ier : Différence entre versions

De SYLMpedia
Ligne 1 : Ligne 1 :
 +
(en cours de rédaction)
 +
 
'''MICHEL Ier''' (1921- )  
 
'''MICHEL Ier''' (1921- )  
  
Ligne 4 : Ligne 6 :
  
 
Son père, le futur roi [[Carol II]], ayant été formellement exclu de la succession royale en janvier 1926, Michel Ier est proclamé roi de Roumanie sous l'égide d'un Conseil de régence composé de trois membres à la mort de son grand-père, le roi [[Ferdinand Ier]] (20 juillet 1927). Mais, lorsque Carol rentre d'exil en juin 1930, il dissout la régence et réduit Michel au rang de prince héritier. En septembre 1940, le général Ion Antonescu oblige cependant Carol à abdiquer en faveur de Michel, qui remonte sur le trône mais demeure prisonnier de la nouvelle dictature militaire. Michel subit fortement l'influence de sa mère, la reine Hélène, qui est rappelée après dix années d'exil. Il cristallise toutefois l'opposition au régime d'Antonescu, arrête le dictateur le 23 août 1944, renversant ainsi le gouvernement militaire et coupant tout lien avec les puissances de l'Axe.  
 
Son père, le futur roi [[Carol II]], ayant été formellement exclu de la succession royale en janvier 1926, Michel Ier est proclamé roi de Roumanie sous l'égide d'un Conseil de régence composé de trois membres à la mort de son grand-père, le roi [[Ferdinand Ier]] (20 juillet 1927). Mais, lorsque Carol rentre d'exil en juin 1930, il dissout la régence et réduit Michel au rang de prince héritier. En septembre 1940, le général Ion Antonescu oblige cependant Carol à abdiquer en faveur de Michel, qui remonte sur le trône mais demeure prisonnier de la nouvelle dictature militaire. Michel subit fortement l'influence de sa mère, la reine Hélène, qui est rappelée après dix années d'exil. Il cristallise toutefois l'opposition au régime d'Antonescu, arrête le dictateur le 23 août 1944, renversant ainsi le gouvernement militaire et coupant tout lien avec les puissances de l'Axe.  
 +
 
Après la fin de la guerre, il s'oppose vigoureusement à l'arrivée au pouvoir des communistes roumains mais est finalement contraint d'abdiquer le 30 décembre 1947 et de s'exiler en Angleterre puis en Suisse.  
 
Après la fin de la guerre, il s'oppose vigoureusement à l'arrivée au pouvoir des communistes roumains mais est finalement contraint d'abdiquer le 30 décembre 1947 et de s'exiler en Angleterre puis en Suisse.  
  
Ligne 12 : Ligne 15 :
 
==== Liens externes ====
 
==== Liens externes ====
  
* [http://www.archivesroyalistes.org/IMG/pdf/Royaliste_numero_1079.pdf « Le roi Michel Ier arbitre incontournable de son pays »], article de Frédéric de Natal publié dans ''[[Royaliste (periodique) |Royaliste]]'', page 6/7, 20 mai 2015.
+
*[http://www.archivesroyalistes.org/IMG/pdf/Royaliste_numero_1079.pdf « Le roi Michel Ier arbitre incontournable de son pays »] : Article de [[Frederic de Natal]] publié dans ''[[Royaliste (periodique) |Royaliste]]'', page 6/7, 20 mai 2015.
 
   
 
   
  
 
[[Category:Royalisme roumain]]
 
[[Category:Royalisme roumain]]

Version du 9 novembre 2015 à 04:51

(en cours de rédaction)

MICHEL Ier (1921- )

Roi de Roumanie (1927-1930 et 1940-1947), né le 25 octobre 1921 à Sinaia (Roumanie).

Son père, le futur roi Carol II, ayant été formellement exclu de la succession royale en janvier 1926, Michel Ier est proclamé roi de Roumanie sous l'égide d'un Conseil de régence composé de trois membres à la mort de son grand-père, le roi Ferdinand Ier (20 juillet 1927). Mais, lorsque Carol rentre d'exil en juin 1930, il dissout la régence et réduit Michel au rang de prince héritier. En septembre 1940, le général Ion Antonescu oblige cependant Carol à abdiquer en faveur de Michel, qui remonte sur le trône mais demeure prisonnier de la nouvelle dictature militaire. Michel subit fortement l'influence de sa mère, la reine Hélène, qui est rappelée après dix années d'exil. Il cristallise toutefois l'opposition au régime d'Antonescu, arrête le dictateur le 23 août 1944, renversant ainsi le gouvernement militaire et coupant tout lien avec les puissances de l'Axe.

Après la fin de la guerre, il s'oppose vigoureusement à l'arrivée au pouvoir des communistes roumains mais est finalement contraint d'abdiquer le 30 décembre 1947 et de s'exiler en Angleterre puis en Suisse.

Installé près de Genève avec son épouse, Anne de Bourbon-Parme, Michel devient cadre dans une agence de courtage américaine. Après la chute du régime communiste en 1989, il se rend à plusieurs reprises en Roumanie.

Lorsqu'une partie des biens de la famille royale lui sont restitués en 2000, il décide de rentrer vivre dans son pays.

Liens externes