Dom Besse : Différence entre versions

De SYLMpedia
m
(Insertion de la balise {{DEFAULTSORT:NOM, Prénom}})
 
(23 révisions intermédiaires par 2 utilisateurs non affichées)
Ligne 2 : Ligne 2 :
  
 
==Dominicain et prêtre==
 
==Dominicain et prêtre==
Né en Corrèze à Saint Angel (19200) le 29 octobre 1861 dans un milieu sans grandes ressources, brillant élève du  petit séminaire de Servières-le-Château (19220) installé  dans l’ancien château des Vicomtes de Turenne, il entra en 1881 à Solesmes, dans une communauté en butte, comme les autres) à une forme latente de persécution religieuse .Il fit profession le 11 juillet 1883 et fut ordonné prêtre le 19 juin 1887.
+
Né en Corrèze à Saint Angel (19200) le 29 octobre 1861 au foyer d'un père aubergiste, brillant élève du  petit séminaire de Servières-le-Château (19220) installé  dans l’ancien château des Vicomtes de Turenne, il entra en 1881 à Solesmes, dans une communauté en butte, comme les autres) à une forme latente de persécution religieuse .Il y fit profession le 11 juillet 1883 et fut ordonné prêtre à Tulle (19000) le 19 juin 1887.
  
 +
[[Fichier:Jeanpaulbessedombesseundominicain monarchiste.jpg|vignette|gauche]]
 
==Les tentatives-tentations d’un moine prêtre bâtisseur==
 
==Les tentatives-tentations d’un moine prêtre bâtisseur==
Cet  épithète pourrait être  compris aussi bien au sens  matériel qu’au sens intellectuel. Supérieur à Ligugé (86) il tentera  ensuite d’implanter –sans  succès-  dans l’abbaye de Saint-Wandrille (76490), à laquelle il voulait ainsi procurer des ressources  deux ateliers, un de menuiserie d'église, l'autre de fabrication de vitraux. Echec aussi avec la  tentative d'y installer l un orphelinat… Ses recherches intellectuelles eurent plus de succès : fondation  en 1905 la collection Les Archives de la France monastique Revue Mabillon à parution semestriellle. 1906,  publication des ''Moines de l'ancienne France, période gallo-romaine et mérovingienne.'' 1913  ''La vie et les arts liturgiques''. Rien n ‘arrêtera  ses recherches pas même l’exil  de sa  congrégation en Belgique ( Chevetogne) ordonné par la République  
+
Cet  épithète pourrait être  compris aussi bien au sens  matériel qu’au sens intellectuel. Supérieur à Ligugé (86) où il reçut  comme oblat l’écrivain J.K. Huysmans (1848-1907) tenant de la littérature dite mystique  , il tentera  ensuite d’implanter –sans  succès-  dans l’abbaye de Saint-Wandrille de Fontenelle (76490), à laquelle il voulait ainsi procurer des ressources  deux ateliers, un de menuiserie d'église, l'autre de fabrication de vitraux. Echec aussi avec la  tentative d'y installer un orphelinat… Il fut pourtant l'initiateur et l'accompagnateur de ce qui  allait  devenir  un des rameaux de l'ordre des Benédictins : Les Bénédictines dites de sainte Bathilde. Ses recherches intellectuelles eurent plus de succès : fondation  en 1905 la collection Les Archives de la France monastique Revue Mabillon à parution semestriellle. 1906,  publication des ''Moines de l'ancienne France, période gallo-romaine et mérovingienne.'' 1913  ''La vie et les arts liturgiques''. Rien n ‘arrêtera  ses recherches pas même l’exil  de sa  congrégation en Belgique ( Chevetogne) ordonné par la République et où il devait d'ailleurs mourir.
  
 
==Servir le roi mais jusqu’où quand  on a été ordonné pour servir Dieu ?==
 
==Servir le roi mais jusqu’où quand  on a été ordonné pour servir Dieu ?==
 
Dans le domaine du militantisme que l’on pourrait  croire moins ouvert à un prêtre par définition au service de tous les fils de Dieu, quelles que soient leurs options politiques, son  activité  (activisme ?) ne fut pas moindre.
 
Dans le domaine du militantisme que l’on pourrait  croire moins ouvert à un prêtre par définition au service de tous les fils de Dieu, quelles que soient leurs options politiques, son  activité  (activisme ?) ne fut pas moindre.
 
Convaincu par  sa rencontre  avec [[Charles Maurras]] ( vers 1900) il allait  désormais –aussi – pour le roi en terre de France.. Titulaire de la chaire du Syllabus à l'Institut d'Action française (1909). Rédacteur à partir de 1910, de la chronique religieuse de France du quotidien L'Action française sous le pseudonyme de ''Jehan''.il publiera aussi  ''Le ralliement'' en 1906, ''Église et monarchie'' en 1910, ''Aux catholiques de droite'' en 1911, ''L'Église et les libertés modernes,'' et ''Un romantisme religieux'' en 1913. Il fit également revivre le journal ''L'Univers,'' et publia des chroniques dans la ''Gazette de France.''
 
Convaincu par  sa rencontre  avec [[Charles Maurras]] ( vers 1900) il allait  désormais –aussi – pour le roi en terre de France.. Titulaire de la chaire du Syllabus à l'Institut d'Action française (1909). Rédacteur à partir de 1910, de la chronique religieuse de France du quotidien L'Action française sous le pseudonyme de ''Jehan''.il publiera aussi  ''Le ralliement'' en 1906, ''Église et monarchie'' en 1910, ''Aux catholiques de droite'' en 1911, ''L'Église et les libertés modernes,'' et ''Un romantisme religieux'' en 1913. Il fit également revivre le journal ''L'Univers,'' et publia des chroniques dans la ''Gazette de France.''
Du moins  n’eut-il pas la douleur de  voir  la  condamnation par Rome de l’ l'Action française le 29 décembre 1926 puisqu’il était mort  à  Namur (Belgique)  le 26 juillet 1920.
+
Du moins  n’eut-il pas la douleur de  voir  la  condamnation par Rome de l'[[Action française]] le 29 décembre 1926 puisqu’il était mort  à  Namur (Belgique)  le 26 juillet 1920.
  
 
== Bibliographie ==
 
== Bibliographie ==
Ligne 18 : Ligne 19 :
 
* [http://www.st-wandrille.com/index.php?option=com_content&view=article&id=34:dom-jean-martial-besse&catid=41&Itemid=151 Dom Jean Martial Besse]
 
* [http://www.st-wandrille.com/index.php?option=com_content&view=article&id=34:dom-jean-martial-besse&catid=41&Itemid=151 Dom Jean Martial Besse]
 
*[http://www.vexilla-galliae.fr/civilisation/litterature-cinema/928-jean-paul-besse-dom-besse-un-dominicain-monarchiste Jean-Paul Besse, Dom Besse. Un dominicain monarchiste]
 
*[http://www.vexilla-galliae.fr/civilisation/litterature-cinema/928-jean-paul-besse-dom-besse-un-dominicain-monarchiste Jean-Paul Besse, Dom Besse. Un dominicain monarchiste]
 +
*[http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5849613h R.P. Dom Besse. Les religions laïques.]
 +
*[http://www.benedictines-ste-bathilde.fr/Dom-Besse Bénédictines de Sainte-Bathilde]
 +
{{DEFAULTSORT:Besse, Dom}}
 +
[[Category:Action française]]
 +
[[Category:Journalistes]]
 +
[[Catégorie:Théoriciens]]

Version actuelle datée du 9 juin 2016 à 21:23

Dom (Jean-Martial) Besse, un bénédictin monarchiste qui servit le roi avec un tel enthousiasme que certains craignirent que ce fût au détriment du service de Dieu.

Dominicain et prêtre

Né en Corrèze à Saint Angel (19200) le 29 octobre 1861 au foyer d'un père aubergiste, brillant élève du petit séminaire de Servières-le-Château (19220) installé dans l’ancien château des Vicomtes de Turenne, il entra en 1881 à Solesmes, dans une communauté en butte, comme les autres) à une forme latente de persécution religieuse .Il y fit profession le 11 juillet 1883 et fut ordonné prêtre à Tulle (19000) le 19 juin 1887.

Jeanpaulbessedombesseundominicain monarchiste.jpg

Les tentatives-tentations d’un moine prêtre bâtisseur

Cet épithète pourrait être compris aussi bien au sens matériel qu’au sens intellectuel. Supérieur à Ligugé (86) où il reçut comme oblat l’écrivain J.K. Huysmans (1848-1907) tenant de la littérature dite mystique , il tentera ensuite d’implanter –sans succès- dans l’abbaye de Saint-Wandrille de Fontenelle (76490), à laquelle il voulait ainsi procurer des ressources deux ateliers, un de menuiserie d'église, l'autre de fabrication de vitraux. Echec aussi avec la tentative d'y installer un orphelinat… Il fut pourtant l'initiateur et l'accompagnateur de ce qui allait devenir un des rameaux de l'ordre des Benédictins : Les Bénédictines dites de sainte Bathilde. Ses recherches intellectuelles eurent plus de succès : fondation en 1905 la collection Les Archives de la France monastique Revue Mabillon à parution semestriellle. 1906, publication des Moines de l'ancienne France, période gallo-romaine et mérovingienne. 1913 La vie et les arts liturgiques. Rien n ‘arrêtera ses recherches pas même l’exil de sa congrégation en Belgique ( Chevetogne) ordonné par la République et où il devait d'ailleurs mourir.

Servir le roi mais jusqu’où quand on a été ordonné pour servir Dieu ?

Dans le domaine du militantisme que l’on pourrait croire moins ouvert à un prêtre par définition au service de tous les fils de Dieu, quelles que soient leurs options politiques, son activité (activisme ?) ne fut pas moindre. Convaincu par sa rencontre avec Charles Maurras ( vers 1900) il allait désormais –aussi – pour le roi en terre de France.. Titulaire de la chaire du Syllabus à l'Institut d'Action française (1909). Rédacteur à partir de 1910, de la chronique religieuse de France du quotidien L'Action française sous le pseudonyme de Jehan.il publiera aussi Le ralliement en 1906, Église et monarchie en 1910, Aux catholiques de droite en 1911, L'Église et les libertés modernes, et Un romantisme religieux en 1913. Il fit également revivre le journal L'Univers, et publia des chroniques dans la Gazette de France. Du moins n’eut-il pas la douleur de voir la condamnation par Rome de l'Action française le 29 décembre 1926 puisqu’il était mort à Namur (Belgique) le 26 juillet 1920.

Bibliographie

Liens externes