Bureau politique du Duc d’Orléans

De SYLMpedia
Révision datée du 6 mai 2018 à 16:56 par Yvanya (discussion | contributions) (Page créée avec « Bureau politique du Duc d’Orléans Philippe d'Orléans (1869-1926) titré duc dès sa naissance, devient prétendant au trône à la mort de son père le comte de Pari... »)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Bureau politique du Duc d’Orléans


Philippe d'Orléans (1869-1926) titré duc dès sa naissance, devient prétendant au trône à la mort de son père le comte de Paris le 8 septembre 1894.

Le Bureau politique du prince siège à Paris et fédère les Comités royalistes et est le correspondant pour la presse royaliste.

Chef du Bureau

1894 - Décembre 1898 - Eugène Dufeuille (1841-1911)

Auparavant il a été au service de comte de Paris pendant onze ans. Il prend la succession d'Othenin de Cléron, comte d'Haussonville (1843-1924) qui avait été le représentant officiel du comte de Paris.

Il est de religion protestante. Il a publié en 1901 un livre “Réflexions d'un monarchiste 1789-1900”.

Décembre 1898 - Janvier 1900 – André Buffet (1857-1909)

Fils d'un ancien ministre il est avocat.

Proche de Paul Déroulède, il est arrêté le 12 août 1899 et déféré en Haute-Cour. Il est condamné le 4 janvier 1900 à dix ans de bannissement.

De ce fait il démissionne de sa fonction et souhaite comme successeur Paul Bézine. Il sera gracié le 14 juillet 1905.

Janvier 1900 - Décembre 1908 - Paul Bézine (1861-1928)

Avocat, journaliste. L’un des fondateurs de l'association Jeunesse royaliste en 1890, dont il est tour à tour secrétaire, vice-président et devient son président en 1896.

En décembre 1908 il démissionne de ce poste pour devenir administrateur des biens du duc d'Orléans.

Janvier 1909 - 15 juin 1910 – Roger Lambelin (1857-1929)

Journaliste. Est un des fondateurs de la Jeunesse de Paris. Conseiller municipal de Paris de 1894 à 1912. Partisan de l'Action française.

16 juin 1910 – Juin 1911 - comte Henry de Larègle (1873-1956)

Avocat à la Cour d'appel de Paris. Il est hostile à l'Action française.

Démissionne du Bureau politique en juin 1911.

Il renouera avec Henri d'Orléans, comte Paris (1908-1999) lorsque celui-ci prendra ses distances avec l'Action française.


Sources

Éric Mension-Rigau, L'ami du Prince – Journal inédit d'Alfred de Gramont (1892-1915), Fayard 2011.