André Buffet

De SYLMpedia
Révision datée du 9 mars 2020 à 11:25 par Yvanya (discussion | contributions)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Buffet André 2.jpg


André Buffet (1857-1909), avocat à la Cour d’appel, est un militant nationaliste et monarchiste français. Il sera entre 1898 et 1899 le représentant officiel du prétendant le duc d'Orléans.

Biographie

Anne, Joseph, Paul, André Buffet est né le 10 mars 1857 à Paris. Il est le deuxième fils de Louis-Joseph Buffet, homme politique de premier plan (député, plusieurs fois ministre puis président de l’Assemblée nationale).

Il fait ses étude au Lycée Condorcet, suivit les cours à École de droit. Se fait inscrire au barreau comme avocat. Mais il se consacre à la gestion de son vaste domaine de Ravenel à Mirecourt dans les Vosges.

Il fait partie du service d’honneur du comte de Paris puis du duc d'Orléans.

En octobre 1885 il se présente comme tête de la liste monarchiste aux élections législatives dans les Vosges contre Jules Ferry. Il ne sera pas élu : Ferry 44 000 voix, Buffet 35 000 voix.

En décembre 1898, il devient chef du bureau politique du duc d'Orléans, il succède à Eugène Dufeuille.

Selon Bertrand Joly : "En réalité, son autorité reste très faible, la Jeunesse royaliste, la presse monarchiste et les parlementaires restant rebelles à toute discipline".

Aux élections législatives de 1889 il s’est présenté sans succès dans les Vosges.

1900 - André Buffet

Proche de Paul Déroulède, il fréquente les milieux royalistes et patriotiques au tournant du siècle.

Arrêté le 12 août 1899, il est poursuivi devant la Haute-Cour de justice pour complot en même temps que Paul Déroulède, Jules Guérin et quelques autres (1). Le 4 janvier 1900, il est condamné à dix ans de bannissement par la Haute-Cour.

Il s’exile à Bruxelles en compagnie d’Eugène de Lur-Saluces qui avait aussi été condamné au bannissement. Durant son exil, Buffet demande au duc d'Orléans que Paul Bézine lui succède au poste de chef du bureau politique.

Gazette de France.jpg

Le nom de Buffet reste attaché à l'Enquête sur la monarchie (publiée en brochure dans la Gazette de France en 1900, puis édité en volume) de Charles Maurras. En effet, ce dernier l'avait rencontré en Belgique et avait reproduit des extraits de ses entretiens dans le « premier livre » de son « enquête ».

Buffet s'y montre en faveur de la restauration d'une monarchie traditionnelle, héréditaire, antiparlementaire et décentralisée. Il ne cache pas son appui pour différentes personnalités nationalistes, antisémites et antidreyfusardes telles Édouard Drumont, Paul Déroulède, Maurice Barrès, Georges Thiébaud ou Jules Guérin ; il regrette toutefois leur manque de ferveur royaliste.

Gracié le 14 juillet 1905, il rentre en France en mauvaise santé.

En 1909, il participe aux manifestations organisés par l'AF contre Thalamas.

Grâce à Maurras, Buffet est élevé au rang des royalistes intègres et intransigeants de l'époque. Sa contribution à l'« enquête » fait de lui un maître à penser de l'Action française et de l'orléanisme.

Il meurt 17 septembre 1909 dans son domaine de Ravenel à Mirecourt (Vosges)

Références

(1) Compte rendu de la première audience dans Le Rappel 20 septembre 1899. De nombreux documents y sont publiés lire en ligne.

Sources

  • Bertrand Joly, Dictionnaire biographique et géographique du nationalisme français (1880-1900), Champion, 2005, 689 p. (ISBN 2-7453-1241-3)