Philippe VIII

De SYLMpedia

Philippe VIII d'Orléans

Armoiries royales de France

Louis Philippe Robert d'Orléans, titré Duc d’Orléans en 1880, est né le 6 février 1869 à Twickenham (Royaume-Uni) et décédé le 28 mars 1926 au palais d'Orléans, à Palerme (Sicile).

Il fut prétendant orléaniste au trône de France sous le nom de Philippe VIII de Bourbon- Orléans de 1894 à 1926 et Comte de Paris.

Un Prince en exil

Fils du Comte de Paris et Prince Philippe VII d’Orléans (1838-1894) et de sa cousin l’Infante Marie- Isabelle de Bourbon (1848-1919), il a 17 ans lorsque lui et sa famille sont forcés de nouveau à l’exil peu après les fêtes de fiançailles organisées par Philippe VII pour sa fille Amélie et l’héritier au trône du Portugal, Dom Carlos de Bragance. Ce mariage qui avait attiré des centaines de monarchistes avaient fait craindre à la IIIe République un coup d’état par les royalistes ou les bonapartistes.

Philippe d'Orléans,adolescent

Revenu après la chute du Second Empire, la famille des Orléans avait récupéré, le 9 décembre 1870, ses biens à l’abrogation de la loi votée en 1852. Le Prince Philippe va grandir à l’ombre du Château d’Amboise, d’Eu .. etc , va se passionner pour les sciences et la zoologie. Le Prince reçoit une éducation stricte, conforme à celle de la noblesse française en vigueur à l’époque, mais le Duc d’Orléans aime se promener dans les bois des Châteaux de sa famille et discuter simplement avec les bucherons du domaine. A la mort d’Henri V, Comte de Chambord, le Duc d’Orléans devient l’héritier de la couronne de France. La Loi d'exil met fin à cette tranquillité et les privilèges dont jouit le Prince Philippe alors qu’il se préparait à entrer à l’école militaire de Saint Cyr. Sur recommandation de la Reine Victoria Ière, le Prince Philippe entre à l’académie militaire de Sandhurst dont il sortira Sous- lieutenant de l’armée britannique en 1887. Envoyé en Himalaya, il découvre les états princiers de cette partie de l’Asie sous domination anglaise et se distingue dans de grandes parties de chasse. Revenu en Angleterre en 1889, le Comte de Paris envoie son fils dans une académie militaire suisse afin qu’il achève sa formation militaire qu’il juge incomplète.

Le «Prince Gamelle»

Philippe VII a mis tous ses espoirs dans le Général Boulanger pour une éventuelle restauration de la monarchie en finançant son mouvement politique. Mais l’échec du putsch et l’effondrement du boulangisme va discréditer le Comte de Paris qui se décide à rester loin de toutes actions politiques. Le Duc d’Orléans, qui conserve toute son aura, parmi les monarchistes souhaite rentrer en France exercer son droit au service militaire. Mais la loi d’exil lui interdit tout séjour dans la République. Contactés par Arthur Meyer, Directeur du journal « Le Gaulois » et par le Duc de Luynes, le jeune Prince se laisse convaincre de débarquer illégalement en France sans pour autant l’annoncer à son père.

Le 2 février 1890, le Duc d’Orléans se rend à Paris et à la Mairie du VIIième arrondissement tente vainement de se faire recenser pour le service militaire. Un premier refus force le Prince à aller directement au Ministère de la Guerre qui lui oppose une même fin de non recevoir. Le Gouvernement de la République a eu vent de la présence du Prince sur le territoire et ordonne le soir même son arrestation au domicile du Duc de Luynes puis son incarcération à la Conciergerie. La livraison de riches repas en prison fait l’objet de larges articles de la presse française. Conscient de l’effet négatif de cette publicité et du mécontentement du Comte de Paris, Philippe VII, le Duc d’Orléans demande seulement à n’obtenir que « la gamelle du soldat ». Il en faut peu pour que ce surnom lui reste désormais dans la presse française.

Le carnaval républicain, caricature royaliste montrant un Henri IV et le Duc d'Orléans devant le spectacle de la division républicaine

Ses partisans manifestèrent devant la statue d’Henri IV, les députés royalistes réclamèrent l’abrogation de la loi d’exil (repoussée par un vote de 320 voix contre 178 sur la simple suspicion de conspiration entre le Prétendant et le Général Boulanger) et le Duc d’Orléans écrivit lui-même au Président de la République Sadi Carnot (1837-1894) afin de réclamer son arbitrage. Condamné à deux ans de prison, il est emmené à a prison de Clairvaux le 25 février 1890 et bénéficie d’un traitement de faveur de la part de l’administration pénitencière et sur ordre du gouvernement. Visite de sa mère comme de ses maîtresses, prison- appartement, gardien personnel et repas servis de l’extérieur rythment la vie carcérale du Prince. Finalement après 4 mois de captivité, il est amnistié par le Président de la République Sadi Carnot et reconduit hors du territoire du 4 Juin 1890.

Philippe, Duc d’Orléans ne reverra plus la France mais le parti royaliste sort renforcer de cette histoire. Si le Comte de Paris décide de rester en retrait de la vie politique française, son fils se pose désormais en véritable prétendant à la couronne française face au mouvement légitimiste, dont les rangs sont désormais clairsemés.

Le Prince décide de voyager (1892-11926).. Les États- Unis, le Québec, le Caucase, la Somalie, Éthiopie, l’Arabie où il chasse, collectionne les animaux empaillés avec l’objectif d’ouvrir un musée (il fera don de sa collection au Muséum d’histoire naturelle de Paris). Une passion qui ne quittera jamais le Prince qui participera également à 3 expéditions polaires (1904- 1905), des voyages en Asie, Amérique du Sud...jusqu’à son décès.

Prétendant au trône

Philippe VIII et son épouse Marie- Dorothée de Habsbourg- Lorraine

Lorsque le Comte de Paris meurt le 8 Septembre 1894, le Duc d’Orléans devient Philippe VIII de France. Afin de pérenniser la dynastie, le nouveau prétendant au trône décide de se marier. Le 5 Novembre 1896, il épouse à Vienne (Autriche), l’Archiduchesse palatine Marie-Dorothée de Habsbourg-Lorraine (1867-1932). Mais l’union ne sera pas heureuse, le prince étant un grand amateur de femmes et l’Archiduchesse stérile, et le couple de séparera officiellement sans enfants (1912) . Marie-Dorothée de Habsbourg-Lorraine retournera vivre avec ses parents en Hongrie, le Vatican refusera à Philippe VIII l’annulation de son mariage. Archiduchesse Marie-Dorothée de Habsbourg-Lorraine refusera de venir vivre de nouveau avec le Prince Philippe d’Orléans et lors de la première guerre mondiale, ce dernier en viendra a soupçonner son épouse de trahison alors que celle-ci décide de rester dans son pays en guerre contre la France.

Politiquement, le Prince est un anti-dreyfusard convaincu. Lorsqu’éclate «l’affaire Dreyfus » qui va diviser la société française en deux, le Prince se range aux côtés des milieux politiques conservateurs qui accuse le capitaine Alfred Dreyfus de trahison. Philippe VIII fonde le mouvement Jeunesse Royaliste et pense même prendre le pouvoir lors du coup d’état organisé par le nationaliste Paul Déroulède (1846-1914) et sa Ligue des Patriotes pendant les funérailles du Président Félix Faure en février 1899. Mais sa voix et ses manifestes se perdent déjà dans les nombreuses ligues nationalistes et mouvements d’extrême- droites qui se sont créés.

Philippe VIII d'Orléans

Philippe VIII avaient à diverses reprises tenté de financer le mouvement antisémite de Paul Déroulède, ce que ce dernier refusa et ce malgré les nombreuses propositions faîte par le Prétendant. Ce qui n’empêche pas royalistes et bonapartistes d’adhérer à la Ligue des Patriotes. L’agent du Duc d’Orléans, le Duc de Sabran- Pontevès reporte alors ses espoirs sur la Ligue anti-sémitique d'Edouard Drumont (1844-1917) sans que le prétendant au trône n’y trouve a redire. D’ailleurs, Philippe VIII suit la vague populaire et publie le violent manifeste de San Remo. De 1898 à 1904, Philippe VIII va subventionner les activités de la Ligue anti- sémitique en croyant fermement que les masses prolétariennes doivent s’allier à l’aristocratie et la droite conservatrice.

De 1904 à 1906 l’imprimeur Firmin Bacconnier (1874-1965) anime une revue ouvriériste et royaliste (« L’Avant-garde royaliste ») qui attire l’œil des milieux monarchistes et même du Prétendant qui va ici encore subventionner la revue qui devient bimensuelle sous le nom de « l’Accord social » en avril 1907 puis hebdomadaire en Octobre 1908. Cependant, les royalistes ne seront pas profiter des émeutes et grèves ouvrières qui éclatent en mars 1907. La Ligue de l’accord social nait de ces événements et permet au Prince de se faire un électorat parmi le monde ouvrier. Dès 1908, la ligue royaliste rencontre l’animosité de l’Action française qui tente d’absorber le mouvement de Firmin Bacconnier.

Charles Maurras

C’est en 1908 que Philippe VIII rencontre Charles Maurras, fondateur de l’Action française. Impressionné par Maurras, Philippe VIII va progressivement remettre ses espoirs dans le mouvement monarchiste et lui en laisser la direction politique. En 1912, il décide de s’installer à la frontière française, à Bruxelles (Belgque) et s’installe dans une résidence qui va rebaptiser « Manoir d’Anjou ».

Lors de la Première Guerre mondiale, Philippe VIII tente de nouveau de se mettre au service de son pays qui le lui refuse. Il se réfugie pendant toute la durée du conflit en Angleterre et en 1918/1919 retournera en Belgique. Seule satisfaction personnelle, il mettra au service des alliés son bateau, le « Belgica » pour des missions de ravitaillement.

Philippe VIII de Bourbon- Orléans meurt le 27 mars 1926 des suites d’une congestion pulmonaire doublée d’une variole attrapée en Égypte peu avant. Le Duc de Guise Jean III (Orléans) devient le nouveau prétendant au trône.

Le pacte de famille

Le 26 avril 1909, le Duc Philippe d’Orléans accepte de signer à Bruxelles une déclaration qui accorde au Princes brésiliens des Bragance- Orléans, « les honneurs et traitements de Princes de France avec prédicat d’altesse royale ».

A l’origine de ce pacte, les atermoiements du Comte d’Eu Gaston d’Orléans et petit-fils de Louis –Philippe Ier de Bourbon- Orléans. En effet, après son mariage (1864) avec Isabelle de Bragance, Régente de l’Empire brésilien, le Comte d’Eu avait perdu pour lui et sa descendance ses droits à la succession au trône. A la chute de la monarchie brésilienne en 1889, la famille impériale était revenue en Europe puis en France. Éloigné des fastes de la cour impériale et alors que la restauration se faisait sentir en France, le Comte d’Eu souhaitait récupérer ses droits au trône de France.

Le Duc d’Orléans refusa une première fois avant de céder finalement tout en précisant que la famille impériale du Brésil pourrait faire acte de candidature au trône une fois toute la maison d’Orléans éteinte.

Philippe VIII dans la bande dessinée

En 2010, les auteurs de la bande dessinée « Jour J » (Editions Delcourt) qui revisite l’histoire ont imaginé une France occupée par les Allemands en 1914 et qui auraient remis en place comme gouvernement légitime, celui de la monarchie. On y voit un Philippe VIII, Comte de Paris au côté de son épouse occuper un trône de France sous la protection de l’armée allemande qui combat un gouvernement républicain réfugié en Algérie française. Une monarchie fantoche qui prendra fin en 1918 à la fin de la guerre mondiale.

Bibliographie du Duc d'Orléans

  • Une expédition de chasse au Népaul, (C. Lévy, 1892).
  • Une Croisière au Spitzberg, yacht Maroussia, 1904, (Imprimerie de Chaix, 1904).
  • Croisière océanographique accomplie à bord de la Belgica dans la Mer du Grönland, 1905 (C. Bulens, 1907).
  • La Revanche de la banquise : un été de dérive dans la mer de Kara, juin-septembre 1907, (Plon-Nourrit, 1909).
  • Campagne Arctique de 1907, (C. Bulens, 1910-1912).
  • Chasses et chasseurs arctiques, (Librairie Plon, 1929).

Liens internes

Bureau politique du Duc d’Orléans

Liens externes

  • [1] : Biographie de Firmin Bacconnier (Fr.)
  • [2] : Extrait d'un article paru dans Politique Magazine de novembre 2004 par Dominique Paoli (Fr.)
  • [3]: Photos de Philippe VIII (site de la couronne.org)
  • [4]: Site du Sénat sur la tentative de putsch de Paul Déroulède.
  • [5]: Site de l'Assemblée nationale sur l'affaire Dreyfus
  • [6] : Chronologie des événements de l'affaire Dreyfus.